Lesezeit ca. 10 Min.
arrow_back

Bienvenue dans les secrets de l’Élysée


Logo von Écoute
Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 11/2022 vom 21.09.2022

MOYEN

Artikelbild für den Artikel "Bienvenue dans les secrets de l’Élysée" aus der Ausgabe 11/2022 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.
Il est possible de visiter l?Élysée deux jours par an, lors des Journées du patrimoine.

Le palais de l’Élysée, c’est 365 pièces (une pour chaque jour !) et 11 000 mètres carrés de superficie, 2 hectares de jardins, 11 000 bouteilles de vin dans les caves, près de 300 lignes téléphoniques, 800 employés dont 300 militaires, 17 personnes embauchées pour nettoyer les 6 500 pièces de vaisselle ainsi que les 6 000 verres et carafes en cristal… Bref, les chiffres de l’Élysée montrent bien à quel point ce lieu est hors du commun !

Siège officiel de la présidence de la République française depuis près de 150 ans, le Palais de la rue du Faubourg-Saint-Honoré reste peu connu pour son organisation et ses secrets. Poussons les portes de ce vaste domaine et découvrons ensemble quelques-uns de ses secrets les mieux gardés.

La « maison de la putain du roi », Madame de Pompadour

Construit entre 1718 et 1722 pour le comte d’Evreux, le palais de l’Élysée a vu passer plusieurs propriétaires. Mais ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 9,99€
NEWS Jetzt gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.
Lesen Sie jetzt diesen Artikel und viele weitere spannende Reportagen, Interviews, Hintergrundberichte, Kommentare und mehr aus über 1050 Magazinen und Zeitungen. Mit der Zeitschriften-Flatrate NEWS von United Kiosk können Sie nicht nur in den aktuellen Ausgaben, sondern auch in Sonderheften und im umfassenden Archiv der Titel stöbern und nach Ihren Themen und Interessensgebieten suchen. Neben der großen Auswahl und dem einfachen Zugriff auf das aktuelle Wissen der Welt profitieren Sie unter anderem von diesen fünf Vorteilen:

  • Schwerpunkt auf deutschsprachige Magazine
  • Papier sparen & Umwelt schonen
  • Nur bei uns: Leselisten (wie Playlists)
  • Zertifizierte Sicherheit
  • Freundlicher Service
Erfahren Sie hier mehr über United Kiosk NEWS.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 11/2022 von Un drôle de coco. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
Un drôle de coco
Titelbild der Ausgabe 11/2022 von MADAME LA PREMIÈRE MINISTRE. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
MADAME LA PREMIÈRE MINISTRE
Titelbild der Ausgabe 11/2022 von UN LION SUR LE BALLON. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
UN LION SUR LE BALLON
Titelbild der Ausgabe 11/2022 von ILS ONT TUÉ LE RAYON VERT. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
ILS ONT TUÉ LE RAYON VERT
Mehr Lesetipps
Blättern im Magazin
UNE ALLEMANDE AU FESTIVAL DE CANNES
Vorheriger Artikel
UNE ALLEMANDE AU FESTIVAL DE CANNES
Rencontre avec un intime du pouvoir
Nächster Artikel
Rencontre avec un intime du pouvoir
Mehr Lesetipps

... c’est en 1848 qu’elle devient la résidence d’un président de la République avec Louis-Napoléon Bonaparte.

Jusqu’alors, le locataire le plus remarqué est une femme : Madame la Marquise de Pompadour (1721-1764), née plus simplement Jeanne Poisson, maîtresse du roi Louis XV. C’est en 1753 que le roi décide de lui acheter cet hôtel particulier, alors situé aux portes de Paris. Une décision qui n’a pas vraiment plu aux habitants du coin et qui ont désigné alors l’Élysée comme la “maison de la putain du roi”. Il faut dire que « la Pompadour » était un drôle de personnage : un jour, elle aurait accueilli un bélier dans son boudoir afin de le présenter à ses invités. L’animal aurait pris peur en voyant son reflet dans le miroir et se serait mis à courir dans tous les sens… saccageant la pièce au passage !

Un « établissement de plaisirs »

Faisons maintenant un peu d’histoire… Vous souvenez-vous du Directoire, à la suite de la Révolution française ? C’est le régime politique entamé en 1795, pour quatre ans, durant la I reRépublique. Au cours de ces deux dernières années, la propriétaire manque cruellement de moyens. Il faut dire que l’aristocratie devient ringarde depuis quelques années. La duchesse de Bourbon décide de louer le Palais à un couple de négociants qui transforme l’Élysée en « établissement de plaisirs ». On y organise des bals, masqués ou non, des jeux, des expositions, des salons de lecture et, on peut l’imaginer, des choses plus érotiques. Mais laissons Éros de côté pour cette partie de l’histoire, car l’évènement le plus incroyable qui a eu lieu à l’époque est une montgolfière posée dans les jardins qui a emmené un mouton dans les airs avant que la pauvre bête soit lâchée avec un parachute. Aussi simple que ça.

Encore un coup d’État !

L’Élysée a aussi vu passer deux Bonaparte. Napoléon I ern’y a vécu que quelque temps, mais c’est ici qu’il a signé son abdication le 6 avril 1814. C’est donc son neveu Louis-Napoléon Bonaparte qui s’y installe comme président de la II eRépublique en 1848, inaugurant jusqu’à aujourd’hui l’Élysée comme demeure des chefs d’État français. Louis-Napoléon complexe quelque peu devant le souvenir de son plus que célèbre oncle. Le 1 erdécembre 1851, c’est donc à l’Élysée qu’il met sur pied le coup d’État qui va lui permettre de devenir Napoléon III avec le Second Empire. Ce qui fit dire à Karl Marx que l’Histoire se répétait toujours deux fois, « la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce ». Une histoire d’empires et de blagues, avec à chaque fois un peu de sang versé.

17 personnes travaillent à l’entretien de la vaisselle de l’Élysée.

D’une petite mort vers la grande mort

En 1899, le président Félix Faure (III eRépublique), 58 ans, est retrouvé mort dans les bras de sa maîtresse Marguerite Steinheil. Tué en plein ébat, probablement d’un emballement cardiaque qu’il aurait pu éviter s’il avait pratiqué le jogging à l’instar de Nicolas Sarkozy, bien plus tard. Ses collaborateurs l’auraient retrouvé agonisant, mais sourire aux lèvres, dans une position quelque peu gênante. Et la presse de l’époque a rivalisé de bon goût. Pour tenter de sauver les apparences, le corps aurait été déplacé du salon d’argent vers son bureau afin que le dernier soupir soit rendu dans les bras de l’épouse légitime. Mais ce Palais n’est pas une maison close, nous tenons à vous le rappeler !

La salle Jupiter n’est pas la salle Macron

Jupiter, c’est le surnom qu’Emmanuel Macron aurait aimé recevoir en toute sincérité… et qui a fini par devenir un sobriquet, jusqu’à ce qu’une des émissions de radio les plus écoutées de France s’appelle « Par Jupiter ! ». S’il y aune salle Jupiter à l’Élysée, ça n’a donc rien à voir avec l’égo intergalactique du président actuel. Le poste de commandement Jupiter (surnommé affectueusement PC Jupiter par quelques militaires sensibles) est sans doute le périmètre le plus sécurisé de France. Situé dans les sous-sols de l’Élysée, cet abri est également le plus secret du pays : ici n’entre pas qui veut. Le PC Jupiter fait partie d’un vaste bunker de 12 pièces construit sous l’aile est du Palais en 1940, durant la « drôle de guerre ». Elle a été transformée par Valéry Giscard d’Estaing en poste de commandement militaire en 1978. C’est dans cette salle, protégée des interceptions électroniques et électromagnétiques, mais aussi des attaques nucléaires, que les présidents s’échangent les codes nucléaires lors de la passation de pouvoir ou qu’ils prennent les décisions militaires importantes.

800 personnes, dont 300 militaires, sont employées au Palais.

Charles de Gaulle : un locataire qui se sait de passage

En 1958, après l’accord du peuple français sollicité par référendum, Charles de Gaulle instaure la V eRépublique. Il en devient le premier président. La IV eRépublique, au sortir de la guerre, était très instable et n’a duré que 12 ans en raison des changements politiques trop réguliers. Si la France de 1945 avait peur d’un chef d’État trop puissant, la France de la fin des années 50, en plein essor économique (que l’on nommera par la suite « les Trente Glorieuses »), veut un président d’envergure. Charles de Gaulle, légende vivante, héros de la guerre, chef de la Résistance exilé à Londres et insoumis au maréchal Pétain, est l’homme providentiel pour entériner ce changement de régime. L’Élysée, plus que jamais, est le centre du pouvoir en France.

Mais Charles de Gaulle est connu pour sa probité. Dans une séquence très célèbre, un journaliste lui demande si son retour au pouvoir après 12 ans d’absence (les 12 ans de la IVeRépublique) est une tentative de coup d’État. Ne jugez pas, chers lecteurs, car en France, on en a l’habitude ! De Gaulle répond alors : « Pourquoi voulez-vous qu’à 67 ans je commence une carrière de dictateur ? ». Une réponse digne de la meilleure punchline de rap !

Scrupuleux, De Gaulle ? Oui. Et pas qu’un peu. Son nom est un totem encore aujourd’hui dans le monde politique français. En 2016, François Fillon s’était attaqué à Nicolas Sarkozy, ironisant sur ses nombreux procès sans fin : « Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? ». Le problème, c’est que François Fillon n’était pas blanc comme neige non plus… Mieux vaut être à la hauteur des grands noms qu’on invoque quand on veut donner une leçon de morale.

Mais revenons au Général. En 1998, quelques années avant sa mort, un vieux compagnon, Michel Jobert, justifiait l’admiration qu’il lui portait : « Chez le Général, ce que j’ai admiré, c’est que cet homme vivait de façon spartiate à l’Élysée, et quand il ne recevait pas pour la République, tout le reste était comptabilisé à part et était payé par lui. Je n’en ai pas vu un autre faire ça, et pour moi, c’est un sujet d’admiration ».

Une vie simple, modeste, avec une séparation stricte et absolue entre les affaires de l’État et les affaires personnelles. Entre le public et le privé. Le général de Gaulle a toujours tenu à payer ses factures de gaz et d’électricité à l’Élysée. Son épouse, Yvonne de Gaulle, avait acheté au Bon Marché sa propre vaisselle pour ne pas avoir à utiliser celle du Palais dans sa salle à manger particulière. Lorsque les époux quittaient l’Élysée pour la Boissière à Colombey-les-Deux-Églises, le Général payait l’essence. Il aimait à répéter : « pas de confusion des caisses ».

1994 : suicide à l’Élysée

Le 7 avril 1994, c’est un suicide qui fait les gros titres. François de Grossouvre est retrouvé mort dans son bureau de l’Élysée, un pistolet dans la main. Il y adu sang et des morceaux de cervelle partout. Il était un compagnon de route et un ami de François Mitterrand depuis plus de 30 ans. Il connaissait les secrets du président. Mais, alors que de Grossouvre devait écouter les conversations téléphoniques des personnes qui menaçaient ces secrets, il est écouté à son tour par François Mitterrand. Le président se rend compte que de Grossouvre rencontre des journalistes… dans son appartement de fonction quai Branly, juste au-dessus de celui d’Anne et Mazarine Pingeot, la maîtresse et la fille cachée de François Mitterrand. Le lien de confiance entre le président et son conseiller spécial se transforme en méfiance, puis en rivalité. En 1985, « l’homme de l’ombre » quitte son poste de chargé de mission, mais garde un bureau à l’Élysée. Il continue d’y recevoir des visiteurs importants, comme l’« ennemi » de Mitterrand, le juge Thierry Jean-Pierre, qui enquête sur le financement secret du Parti socialiste. François de Grossouvre met fin à ses jours le 7 avril 1994, dans le palais de l’Élysée, à quelques dizaines de mètres du bureau du président. Il avait 76 ans.

Un pain de concours

Les 22 cuisiniers permanents de l’Élysée servent chaque année près de 80 000 repas et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne chôment pas : des glaces aux petits fours en passant par les chocolats ou les pâtisseries, tout ce qui se mange au Palais est préparé sur place. Seul le pain est livré de l’extérieur. En effet, depuis 1994, le lauréat du Grand Prix de la Baguette organisé chaque année par la ville de Paris gagne aussi l’honneur de fournir l’Élysée pendant un an, à raison de 20 à 50 baguettes par jour ! C’est ce qu’on appelle avoir du pain sur la planche…

Le palais de l’Élysée compte autant de pièces qu’une année de jours : 365 (pour une super ficie de 11 000 mètres carrés).

Courts et longs séjours

Tous les présidents n’ont pas eu la chance de rester très longtemps dans les murs de l’Élysée. Le locataire resté le moins longtemps est Jean Casimir-Perier. Président de la République entre le 27 juin 1894 et le 16 janvier 1895, il aura vécu au Palais pendant seulement 6 mois et 20 jours ! Il est suivi de près par Paul Deschanel, le président malheureux qui a quitté son poste seulement 7 mois et 3 jours après sa prise de fonction, à cause d’une dépression. Au contraire, François Mitterrand y aura passé le plus de temps : 13 ans, 11 mois et 26 jours très exactement.

La pire galette des Rois de France

Chaque année depuis 1975, une galette des Rois de plus d’un mètre de diamètre est dégustée au palais de l’Élysée par une centaine de convives invités pour l’occasion. Seulement, contrairement à toutes les autres galettes de France, celle-ci ne contient ni fève, ni couronne. La raison ? Le président de la République ne peut pas devenir roi, tout simplement !

Les présidents vivent-ils vraiment dans le Palais ?

On l’a vu, c’est le général de Gaulle qui a fait de l’Élysée le lieu de pouvoir symbolique très fort qu’on connaît aujourd’hui, même si le Palais était habité par des chefs d’État depuis Louis-Napoléon Bonaparte. Jacques et Bernadette Chirac sont toujours restés sur place. Nicolas Sarkozy y aurait bien vécu en compagnie de son épouse Carla Bruni. Il avait alors la réputation d’être « obsédé » par sa sécurité et aurait demandé à l’ex-mannequin francoitalien de rester à ses côtés pour limiter les déplacements. François Hollande, qui n’était pas marié, a vécu seul dans le Palais pendant ses cinq ans de mandat, même si la légende dit qu’un souterrain lui permettait de quitter l’Élysée le plus discrètement possible, le soir, pour partir rejoindre l’actrice Julie Gayet… qu’il a épousée le 4 juin 2022 ! Félicitations aux jeunes mariés de 68 et 50 ans. Mention spéciale toutefois à François Hollande pour qui il s’agit du premier mariage ! Comme on dit en bon français : « mariage plus vieux (jeu de mots avec “pluvieux”), mariage heureux » !

Dans les caves de l’Élysée sont stockées 11 000 bouteilles de vin.

Actuellement, Emmanuel et Brigitte Macron y résident bel et bien. Brigitte Macron est très active et a laissé sa marque dans la décoration de plusieurs pièces du Palais, notamment la salle des fêtes, qui a reçu un sacré coup de jeune avec moins de pourpre et d’or au profit de 50 teintes de gris. Emmanuel Macron a la réputation de sortir beaucoup et d’aimer marcher sur les quais de Seine. La photographe officielle de l’Élysée est Soazig de La Moissonnière. Vous pouvez la suivre sur Instagram pour voir de belles photos du Palais, des membres du gouvernement et du couple présidentiel… Même si les Français sont en général très moqueurs et peuvent rire de longs jours devant certaines d’entre elles !