Lesezeit ca. 6 Min.
arrow_back

CHAMPOLLION, le déchif freur des hiéroglyphes


Logo von Écoute
Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 9/2022 vom 27.07.2022
Artikelbild für den Artikel "CHAMPOLLION, le déchif freur des hiéroglyphes" aus der Ausgabe 9/2022 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.

Bildquelle: Écoute, Ausgabe 9/2022

Égypte, juillet 1799, dans la ville de Rosette, à quelque 70 kilomètres d’Alexandrie. Les soldats français sont en train de consolider les remparts d’un fort. C’est alors qu’ils découvrent un étrange bloc de granit noir, de 1,14 mètre sur 72 centimètres, couvert d’inscriptions. L’officier qui dirige les travaux est un passionné de science. Conscient de l’importance de cette pierre, il la confie aux savants français. Ce fragment de stèle, qu’on appellera la « pierre de Rosette », sera la clé pour enfin comprendre les hiéroglyphes.

Fou d’Égypte

À cette époque, à Figeac (département du Lot), Jean-François Champollion a 8 ans. C’est un enfant surdoué. « On dit qu’il aurait appris à lire tout seul à l’âge de 7 ans grâce au livre de prières de sa mère », raconte Stéphanie Lebreton, chargée des publics et des collections au musée Champollion de Figeac. L’école ne l’intéresse pas. Il préfère passer son ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 9,99€
NEWS Jetzt gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.
Lesen Sie jetzt diesen Artikel und viele weitere spannende Reportagen, Interviews, Hintergrundberichte, Kommentare und mehr aus über 1050 Magazinen und Zeitungen. Mit der Zeitschriften-Flatrate NEWS von United Kiosk können Sie nicht nur in den aktuellen Ausgaben, sondern auch in Sonderheften und im umfassenden Archiv der Titel stöbern und nach Ihren Themen und Interessensgebieten suchen. Neben der großen Auswahl und dem einfachen Zugriff auf das aktuelle Wissen der Welt profitieren Sie unter anderem von diesen fünf Vorteilen:

  • Schwerpunkt auf deutschsprachige Magazine
  • Papier sparen & Umwelt schonen
  • Nur bei uns: Leselisten (wie Playlists)
  • Zertifizierte Sicherheit
  • Freundlicher Service
Erfahren Sie hier mehr über United Kiosk NEWS.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 9/2022 von BEAUFS PROLOS BOBOS ÉCOLOS. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
BEAUFS PROLOS BOBOS ÉCOLOS
Titelbild der Ausgabe 9/2022 von ELLE DANSE LA VIE Germaine Acogny. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
ELLE DANSE LA VIE Germaine Acogny
Titelbild der Ausgabe 9/2022 von VENISE À BORDEAUX. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
VENISE À BORDEAUX
Titelbild der Ausgabe 9/2022 von L’agritubeur. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
L’agritubeur
Mehr Lesetipps
Blättern im Magazin
Lexique
Vorheriger Artikel
Lexique
LE BRACELET-SERPENT
Nächster Artikel
LE BRACELET-SERPENT
Mehr Lesetipps

... temps dans la librairie de son père à lire Le Courrier d’Égypte. Le journal raconte les découvertes des scientifiques de l’expédition française en Égypte. Dans l’édition du 15 septembre 1799, il lit un article sur la découverte de la pierre de Rosette. « Cette pièce offre un grand intérêt pour l’étude des caractères hiéroglyphiques, peut-être même en donnera-t-elle enfin la clé », écrit le journaliste. À Figeac, le jeune Jean-François rêve déjà de déchiffrer les hiéroglyphes.

Mehr dazu finden Sie in Écoute-Plus: www.ecoute.de/ ecoute-plus

À 11 ans, il rejoint à Grenoble son grand frère Jacques-Joseph, qui a 12 ans de plus que lui. Ce dernier va s’occuper de son éducation. En voyant son grand frère participer à l’écriture de La Description de l’Égypte, une encyclopédie en neuf volumes, il se passionne pour ce pays encore très mystérieux. «Je veux consacrer ma vie à la connaissance de l’Égypte antique », déclare-t-il à 15 ans. Médiocre en mathématiques, le jeune garçon nourrit cependant dès le collège une passion pour les langues. Il étudie le latin, le grec ancien, le chinois et plusieurs langues sémitiques dont l’arabe, le syriaque, le chaldéen, l’hébreu et le copte. À 18 ans, Jean-François maîtrise déjà huit langues étrangères ! C’est à ce moment-là qu’il commence à tenter de déchiffrer la pierre de Rosette.

L’énigme du moment

En 394, un prêtre égyptien grave dans la pierre les derniers hiéroglyphes de l’Histoire. Depuis lors, la compréhension de ce système d’écriture se perd.

La pierre de Rosette est une découverte décisive, car pour la première fois, un texte hiéroglyphique est reproduit dans deux autres écritures : le démotique et le grec ancien. Le démotique est de l’égyptien ancien, comme les hiéroglyphes, mais écrit en lettres cursives. Malheureusement, cette écriture s’est perdue au cours des siècles. Malgré leur parfaite connaissance du grec ancien, les linguistes qui tentent de déchiffrer les hiéroglyphes n’y parviennent pas. Ces dessins représentent-ils des sons ?

Des symboles ? Des idées ou des objets ? Ou peutêtre tout cela à la fois ?

En ce début du XIXesiècle, la pierre de Rosette est l’énigme du moment. Le Français Antoine-Isaac Silvestre de Sacy réussit à identifier des noms propres dans le texte démotique. De son côté, le médecin et physicien anglais Thomas Young traduit quelques signes. À 19 ans, alors qu’il vient d’être nommé professeur d’histoire à l’université de Grenoble, Jean-François Champollion débute ses recherches pour déchiffrer la pierre de Rosette.

« Je tiens l’affaire ! »

Champollion ne travaille pas sur la pierre de Rosette, mais sur une copie du texte, car la fameuse pierre est devenue, entre-temps, propriété des Anglais. Mais le jeune homme a un avantage sur ses concurrents : il a appris le copte, une langue issue en partie de l’égyptien ancien. Pendant des années, il travaille patiemment. « Le génie de Champollion est de comprendre que l’écriture des anciens Égyptiens mêlait plusieurs logiques : signes-sons et signes-sens, et que l’écriture ne transcrivait pas les voyelles. Il établit ensuite petit à petit les ponts d’un signe à un autre, passant du grec, au copte, à l’égyptien ancien en de multiples allers-retours que seule sa grande connaissance des langues sémitiques et du grec lui permet », explique Florence Gombert-Meurice, conservatrice au département des Antiquités égyptiennes du Louvre.

Un jour, Champollion remarque le signe-sens du soleil – un cercle avec un point au milieu – qui se prononce « rê » en copte, et le signe-son du « s» à la fin. Si le hiéroglyphe du milieu était le signe-son « m», cela ferait « rê-m-sès ». Ou « Ramsès », le célèbre pharaon. Il vérifie sa théorie avec une autre suite de trois hiéroglyphes. Le premier signe-sens en forme d’ibis serait l’oiseau sacré, symbole du dieu Thot. Le troisième signeson est un « s». Si sa théorie est exacte, le second hiéroglyphe serait le son « m» :

LE MUSÉE CHAMPOLLION – Les Écritures du Monde

Installé à Figeac (Lot), dans la maison natale de Champollion, ce musée raconte la vie du grand homme et expose sa méthode pour déchiffrer les hiéroglyphes. Les étages supérieurs sont consacrés à la naissance des écritures dans différentes parties du monde : la Mésopotamie, l’Égypte, la Chine, l’Amérique… « C’est un voyage dans l’histoire de l’humanité ! », promet Stéphanie Lebreton, chargée des publics et des collections. Le musée présente une belle collection d’antiquités égyptiennes et d’objets liés à l’écriture. Parmi les plus belles pièces : le Livre des mortsde Néfériou (III esiècle avant J.-C.), un manuscrit arabe d’ Andalousie du XIIe-XIII esiècle, et une bible enluminée datant de 1230.

« Thôt-m-sès » ou « Thoutmosis », un autre grand pharaon. Eurêka ! Le secret des hiéroglyphes est percé. Nous sommes le 14 septembre 1822. Champollion s’exclame : « Je tiens l’affaire ! »

Champollion et le Louvre

Malgré sa découverte incroyable, Jean-François Champollion est dénigré par ses collègues savants. Des jaloux, sûrement ! Heureusement, son talent finit par être reconnu : en 1826, il devient le premier conservateur des collections égyptiennes du Louvre.

AU FAIT, QUE RACONTE CETTE PIERRE DE ROSETTE ?

Le texte de la pierre de Rosette date de 196 avant J.-C. et raconte les bonnes actions du pharaon Ptolémée V. Il parle de libération de prisonniers, de baisses d’impôts accordées au clergé, de dons d’argent pour les temples, d’aides aux agriculteurs durant une importante crue du Nil… Le décret est écrit en hiéroglyphique et en démotique – les deux écritures de l’égyptien ancien. Depuis la conquête du Proche-Orient par Alexandre le Grand, le grec est devenu la langue du pouvoir et de l’administration. C’est pourquoi ce décret est aussi écrit en grec ancien. La pierre de Rosette est actuellement exposée au British Museum de Londres. Depuis de nombreuses années, l’Égypte réclame son retour dans son pays d’origine.

L’année suivante, il inaugure les neuf salles de la division égyptienne du musée. Sa manière de montrer les collections au public est nouvelle pour l’époque. « Il fait du Louvre le premier musée où les objets égyptiens sont présentés non par typologie de style mais par fonctions et usages antiques, en un mot de manière didactique et moderne », rappelle Florence Gombert-Meurice. Ainsi, il regroupe les objets sacrés, les objets funéraires, les objets de la vie quotidienne… « Le Louvre doit aussi à Champollion l’acquisition de la collection du consul britannique Henry Salt, celle du consul de France en Égypte, Bernardino Drovetti, et bien entendu ses propres acquisitions sur le marché de l’art égyptien lors de son voyage entre 1828 et 1829 – qui en forment aujourd’hui les fleurons –, comme la fameuse statue de Karomama », précise la conservatrice au département des Antiquités égyptiennes du Louvre.

De Luxor à Paris

En 1828, Jean-François Champollion part enfin visiter l’Égypte. Un pays qu’il ne connaît qu’à travers les livres et les dessins. Il y reste un peu plus d’un an. Sur place, il vérifie sa méthode sur les murs des temples. Il continue à déchiffrer les hiéroglyphes pour comprendre cette civilisation oubliée. Dans une lettre à son frère, il écrit : « Je suis tout pour l’Égypte, elle est tout pour moi.» Champollion devient le père d’une nouvelle discipline : l’égyptologie. « Il eut des fulgurances remarquables, comprenant le sens des monuments et ouvrant des pans entiers de la discipline – l’art, la religion, les usages – avec une modernité, à laquelle il est toujours utile de revenir. Il a posé le premier regard éclairé sur cette civilisation plurimillénaire », explique Florence Gombert-Meurice.

À son retour d’Égypte, il devient membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il obtient également la chaire d’Antiquité égyptienne au Collège de France. Il n’a pas le temps de donner ses cours. De santé fragile, il meurt en 1832, à l’âge de 41 ans. Jacques-Joseph fera vivre la mémoire de son jeune frère en publiant ses écrits. On ne connaîtrait pas aussi bien l’Égypte antique sans ses travaux.

À Paris, le « traducteur » alaissé sa trace sur la place de la Concorde. Le grand obélisque, provenant du temple d’Amon de Louxor et offert par le vice-roi d’Égypte, avait été choisi par Champollion, un petit garçon de Figeac qui rêvait de sable, de pyramides et de hiéroglyphes.