Bereits Kunde? Jetzt einloggen.
Lesezeit ca. 4 Min.

ET LUMIÈRE CRÉA LE CINÉMA: CULTURE: Et Lumière créa le cinéma


Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 10/2018 vom 26.09.2018

Die Brüder Lumière waren es, die die Bilder mit ihrem ersten Film »Feierabend« zum Laufen brachten. Eher Techniker als Kunstschaffende zogen sie sich einige Jahre später aus dem Filmgeschäft wieder zurück.


Artikelbild für den Artikel "ET LUMIÈRE CRÉA LE CINÉMA: CULTURE: Et Lumière créa le cinéma" aus der Ausgabe 10/2018 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.

Bildquelle: Écoute, Ausgabe 10/2018

Auguste et Louis Lumière, en 1900


MOYEN

À Lyon, dans le quartier de Monplaisir, une maison domine toutes les autres: la villa Lumière. Imposante, elle est un vestige des habitations bourgeoises de la fin du XIXe siècle. Ses habitants ont connu un destin incroyable: ils n’étaient autres que les membres de la famille Lumière, dont les deux fils, Auguste et Louis, sont considérés comme les pères du septième ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 8,99€
NEWS 14 Tage gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 10/2018 von ÉDITORIAL: Magazine de légende. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
ÉDITORIAL: Magazine de légende
Titelbild der Ausgabe 10/2018 von PETITES NOUVELLES: PERSONNALITÉ DU MOIS: LE SCHTROUMPF. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
PETITES NOUVELLES: PERSONNALITÉ DU MOIS: LE SCHTROUMPF
Titelbild der Ausgabe 10/2018 von QUE DEVIENT…: Line Renaud. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
QUE DEVIENT…: Line Renaud
Titelbild der Ausgabe 10/2018 von BROCÉLIANDE, TERRE DE LÉGENDES: VOYAGE: BROCÉLIANDE terre de légendes. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
BROCÉLIANDE, TERRE DE LÉGENDES: VOYAGE: BROCÉLIANDE terre de légendes
Titelbild der Ausgabe 10/2018 von VOYAGE: PARCOURS À TRAVERS LE PAYS DE BROCÉLIANDE. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
VOYAGE: PARCOURS À TRAVERS LE PAYS DE BROCÉLIANDE
Titelbild der Ausgabe 10/2018 von CHRONIQUE D’UNE PARISIENNE: Hallo…ween!. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
CHRONIQUE D’UNE PARISIENNE: Hallo…ween!
Vorheriger Artikel
Grammaire et exercices…
aus dieser Ausgabe
Nächster Artikel CULTURE: Le Festival Lumière
aus dieser Ausgabe

... art. C’est d’ailleurs derrière cette maison que fut tourné le tout premier film de l’histoire du cinéma. Depuis 1982, l’Institut Lumière s’est installé dans cette majestueuse résidence de 2 000 mètres carrés. Il y a ouvert un musée sur l’histoire du cinéma et de la famille Lumière, ainsi qu’une salle de cinéma. Et, depuis 2009, il organise chaque mois d’octobre le Festival Lumière. Celui-ci remet le prix Lumière à une personnalité du grand écran. Cette année, la 10e édition se tiendra du 13 au 21 octobre.

Mettre la photo en mouvement

Antoine Lumière, photographe, arrive à Lyon dans les années 1870, avec sa femme et ses enfants: Auguste et Louis, nés à Besançon en 1862 et 1864. Plus tard, eux aussi se feront construire une maison dans le quartier de Monplaisir. Mais c’est la demeure du père, construite en 1902, qui deviendra le quartier général de la dynastie des Lumière. C’est là, derrière la maison, dans un grand hangar, que s’installent dans les années 1890 les usines de la société Lumière. Car dans cette famille, le père comme les fils, sont des industriels. Jusqu’à la fin des années 1960, leur entreprise confectionnera du matériel de photographie et de cinéma.

Dans les années 1890, les fils Lumière, devenus ingénieurs, se passionnent pour le matériel photo. Ils cherchent des améliorations techniques nécessaires aux prises de vue. On leur doit par exemple les plaques autochromes, qui permettent de faire apparaître de la couleur sur les photos. Fascinés par l’image et la retranscription de la lumière sur pellicule, leur but ultime est de réussir à mettre une photo en mouvement. Ils expérimentent à toutva, et créent, entre autres, le « kinora », appareil qui faisait défiler une série de 600 images en papier en les disposant sur un rouleau que l’on tournait pour donner l’illusion du mouvement.

En 1893, l’Américain Thomas Edison, inventeur de l’ampoule électrique, fait breveter son « kinétoscope »: une machine permettant de faire défiler la pellicule à un rythme régulier. En cette période de grand développement industriel et d’inventions en tous genres, la course aux brevets est effrénée. Les frères Lumière déposeront d’ailleurs près de 200 brevets! Rapidement, Louis s’inspire de l’invention d’Edison, mais aussi du principe de la machine à coudre, pour mettre au point en 1895 l’objet qui révolutionnera l’industrie culturelle pour les siècles à venir: le « cinématographe » – du greckinema , le mouvement, etgraphe , écrire. Écrire le mouvement! Leur rêve devient alors réalité. Mais en tant qu’industriels, les frères cherchent aussi à créer une machine rentable. Avec son invention, Edison avait, lui, dans l’idée de faire payer chaque personne d’un public pour regarder de courts films dans son kinétoscope – muni d’un grand boîtier en bois avec deux trous pour les yeux. Mais les files d’attente sont longues, car chacun regarde des films de plusieurs minutes. L’idée d’Edison rend les frères Lumière sceptiques. Eux imaginent une exploitation commerciale du film, plus rentable. Ils décident de faire passer un film sur grand écran, devant plusieurs personnes à la fois. Et c’est là tout le génie de l’invention de Louis: son cinématographe est une machine capable de capter une scène, de l’enregistrer, puis de la projeter. Le 28 décembre 1895, la fratrie programme la première séance de cinéma payante et ouverte au public de l’histoire, au Grand Café à Paris, devant 33 spectateurs. C’est un succès! Les jours suivants, 2 500 spectateurs se pressent aux portes de cette première « salle de cinéma » du boulevard des Capucines.

Jardin d’hiver de style Art nouveau dans la villa Lumière, quartier de Monplaisir, à Lyon


Le premier film présenté au public fut tourné en extérieur, devant la porte des usines Lumière de Lyon – le premier décor de cinéma. Il s’appelle d’ailleursSortie d’usine . Louis, qui était le plus souvent derrière la caméra, ne disposait que de 50 secondes de film pour faire sortir 150 ouvriers, endimanchés pour l’occasion. C’est pourquoi les ouvriers marchent si vite! Déjà, à l’époque, on leur avait demandé de se comporter comme de véritables acteurs: il leur était interdit de regarder la caméra, règle toujours d’actualité lorsque l’on tourne un film. Mais en observant bien, on voit deux ou trois personnes qui ne respectent pas la règle…

L’année 1895 sera prolifique. D’autres films courts seront tournés:L’arrivée d’un train en gare de la Ciotat, Le repas de bébé (dans lequel on voit Auguste et sa femme nourrissant leur fille, Andrée), ou encoreL’Arroseur arrosé . Au total, les frères Lumière et leurs opérateurs envoyés au quatre coins du monde tourneront 1 422 films sur sept ans. Grâce à leurs premiers travelings, cadrages et mises en scène, ils inventent la « grammaire du cinéma ». Pourtant, dès 1905, ils arrêteront toute forme de production de film, dépassés par l’évolution des codes du cinéma. Ils ne se sentent pas cinéastes, mais se voient plutôt comme des inventeurs exploitant le filon du marché du matériel de l’image animée.

Louis et Auguste Lumière meurent respectivement en 1948 et 1954, laissant leur nom à la postérité.


Foto: akg-images

Fotos: Massimo Borchi/Huber-Images, Photo Josse/Leemage