Lesezeit ca. 12 Min.

LA FRANCE SUR LES PAS DE MOLIÈRE


Logo von Écoute
Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 14/2021 vom 24.11.2021

Artikelbild für den Artikel "LA FRANCE SUR LES PAS DE MOLIÈRE" aus der Ausgabe 14/2021 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.
C?est en regardant les spectacles de rue sur le Pont-Neuf que le jeune Molière a trouvé sa vocation : le théâtre.

À PROPOS...

Le Pont-Neuf n’est plus très neuf ! C’est même le plus vieux pont de Paris. Sa première pierre a été posée par Henri III en 1578.

En 2022, on célèbre le 400e anniversaire de la naissance de Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous le nom de Molière, venu au monde le 15 janvier 1622 à Paris. Une occasion pour nous de revenir sur la vie et l’œuvre du génial auteur du Misanthrope et des Fourberies de Scapin.

Molière a vécu à Paris, mais il a aussi beaucoup voyagé en province. Si la plupart de ses pièces majeures ont été écrites et jouées dans la capitale française, sa formation doit également beaucoup à ses pérégrinations à travers le pays. D’autres lieux encore, comme les châteaux de Versailles ou de Chambord, ont marqué sa carrière et l’histoire du théâtre classique français.

PARIS

Molière est né à Paris dans une maison du quartier des Halles où il passera ses premières années. Aujourd’hui ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 9,99€
NEWS Jetzt gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.
Lesen Sie jetzt diesen Artikel und viele weitere spannende Reportagen, Interviews, Hintergrundberichte, Kommentare und mehr aus über 1050 Magazinen und Zeitungen. Mit der Zeitschriften-Flatrate NEWS von United Kiosk können Sie nicht nur in den aktuellen Ausgaben, sondern auch in Sonderheften und im umfassenden Archiv der Titel stöbern und nach Ihren Themen und Interessensgebieten suchen. Neben der großen Auswahl und dem einfachen Zugriff auf das aktuelle Wissen der Welt profitieren Sie unter anderem von diesen fünf Vorteilen:

  • Schwerpunkt auf deutschsprachige Magazine
  • Papier sparen & Umwelt schonen
  • Nur bei uns: Leselisten (wie Playlists)
  • Zertifizierte Sicherheit
  • Freundlicher Service
Erfahren Sie hier mehr über United Kiosk NEWS.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 14/2021 von VERS UNE ÉCOLOGIE PSYCHO… LOGIQUE. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
VERS UNE ÉCOLOGIE PSYCHO… LOGIQUE
Titelbild der Ausgabe 14/2021 von LE PRÉSIDENT DES JEUNES. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
LE PRÉSIDENT DES JEUNES
Titelbild der Ausgabe 14/2021 von La France deviendrait-elle chinoise?. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
La France deviendrait-elle chinoise?
Mehr Lesetipps
Blättern im Magazin
La France deviendrait-elle chinoise?
Vorheriger Artikel
La France deviendrait-elle chinoise?
Charmant, l’accent français?
Nächster Artikel
Charmant, l’accent français?
Mehr Lesetipps

... disparue, elle aurait été située à l’angle des rues Sauval et Saint-Honoré, dans le 1 er arrondissement.

La famille Poquelin est aisée. Le père du futur Molière occupe la charge de tapissier ordinaire du roi Louis XIII. Cette fonction consiste à veiller sur le mobilier et les tapisseries royales, mais aussi à préparer le lit du monarque.

La maison se trouve à deux pas du Pont-Neuf. Ce lieu revêt une grande importance dans la vie de Molière. En effet, à l’époque, le Pont-Neuf est le centre d’un Paris populaire haut en couleur, où les marchands ambulants côtoient les prostituées, les chanteurs de rue, les musiciens et les saltimbanques. Louis Cressé, le grand-père maternel de Molière, le porte souvent sur ses épaules pour l’emmener assister

à ces spectacles de plein air qui émerveillent l’enfant. Le soir, des tréteaux sont dressés. La lumière des torches les illumine de façon fantasmagorique et des farces improvisées y sont jouées sur un fond de tissu coloré. Le destin de Molière se dessine sans doute sur le Pont-Neuf, dans sa plus tendre enfance. Tout comme à l’hôtel de Bourgogne, un peu plus tard, rue Étienne-Marcel. Dans cette salle de théâtre très ancienne, Molière aurait vu des tragédies de Corneille qui l’auraient plongé dans une profonde extase. Mais ce n’est rien en comparaison du ravissement éprouvé quelques années plus tard lorsqu’il rencontre Madeleine Béjart, l’une des plus séduisantes comédiennes de son époque. Elle devient sa maîtresse. Mais surtout, il fonde avec elle sa première troupe. Il lui donne le nom d’« Illustre-Théâtre ». Il a 20 ans et ne succédera pas à son père.

Soif de succès

L’aventure de l’Illustre-Théâtre commence le 30 juin 1643. Une salle habituellement réservée au jeu de paume (l’ancêtre du tennis) est louée 12, rue Mazarine, sur la rive gauche de la Seine. Au rayon tragédie du répertoire, on trouve bien sûr Corneille, le programme étant complété par des farces et des comédies. Les débuts s’avèrent difficiles. La troupe a engagé des frais qu’elle ne peut pas rembourser. Des créanciers réclament leur argent. Un marchand de chandelles à qui Molière n’a pas payé ses dettes le fait emprisonner en août 1645. Il passe quelques jours dans la forteresse du Châtelet, mais grâce à l’intervention de son père, il est libéré. Molière quitte ensuite Paris avec sa troupe pour sillonner la France et donner des représentations théâtrales dans les villes qui veulent bien l’accueillir.

13 années plus tard, Molière est de retour à Paris et il a soif de succès. Il a beaucoup joué, constaté qu’il possédait le talent de faire rire. Il a aussi écrit quelques farces, s’est essayé à la mise en scène. Et puis, il sait désormais tenir une troupe.

Une partie gagnée

L’une des dates les plus importantes de la carrière de Molière est celle de sa rencontre avec Louis XIV. Elle a lieu le 24 octobre 1658 au palais du Louvre. Plus précisément dans la salle des Gardes, aussi appelée salle des Cariatides, à quelques pas de l’endroit où l’on peut, aujourd’hui, admirer la Vénus de Milo. À l’époque, le roi l’avait fait transformer en théâtre provisoire. Son frère, Philippe d’Orléans, avait pris la troupe de l’Illustre-Théâtre sous sa protection et convaincu le monarque d’assister à l’une de ses représentations. Devant Louis XIV et toute la cour réunie, Molière interprète tout d’abord Nicomède de Corneille. Sa prestation est cependant médiocre : le roi reste de marbre. Molière demande alors la permission de jouer une farce de son cru : Le Docteur amoureux. Tous les chroniqueurs de l’époque saluent son incomparable talent comique, qui en fait une sorte de Louis de Funès avant l’heure. Les rires fusent dans le public ; le roi ne peut retenir le sien. Pour Molière, la partie est gagnée.

Dès le lendemain, il est connu dans tout Paris pour avoir amusé le roi – un exploit ! Pour le récompenser, le Roi- Soleil met à sa disposition le théâtre du Petit-Bourbon, une belle salle de 70 mètres de long et de 13 mètres de large, située à l’emplacement actuel de la colonnade du Louvre. Parce que c’est le seul genre noble, Molière s’entête ày monter des tragédies. Mais il introduit quelques comédies dans son répertoire : L’Étourdi et Le Dépit amoureux, qu’il a déjà jouées avec succès en province.

Le ballet final

Dans L’Étourdi, Molière incarne une femme et continue à exploiter son génie comique. Le succès est immense auprès du public, mais la critique boude Molière. Elle ne voit en lui qu’un bouffon. Ce sera le cas jusqu’aux Précieuses ridicules. Cette pièce en un acte met en scène deux jeunes provinciales « ridicules », qui ne rêvent que de rencontrer des gens à la mode. On y trouve déjà tous les ingrédients caractéristiques du style de Molière. Derrière une farce satirique qui amuse, Molière se moque des manières affectées des snobs de l’époque. Il traite aussi de sujets sérieux de son temps. Il plaide par exemple en faveur de l’émancipation des femmes, comme ce sera plus tard le cas également dans L’École des femmes ou Les Femmes savantes.

« Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger. »

(L’AVARE)

Ces critiques lui attireront d’ailleurs les foudres de ceux qui se sentent visés par ces attaques. Les Précieuses ridicules obtiennent un beau succès. Molière devient un auteur à la mode et le théâtre du Petit-Bourbon ne désemplit pas. Mais deux ans après l’installation de la troupe, son propriétaire le fait détruire. Le roi se met alors en quête d’un autre lieu pour y abriter Molière et ses comédiens.

Situé à l’angle des rues de Valois et Saint-Honoré, c’est le théâtre du Palais-Royal. Molière va y rester 12 ans. Jusqu’à sa mort. Et la plupart de ses plus grandes pièces y seront créées : Les Fourberies de Scapin, L’Avare, Les Femmes savantes, Le Misanthrope, L’École des femmes, Le Malade imaginaire.

Cette dernière œuvre occupe une place particulière dans la vie de Molière puisque c’est à la suite de sa représentation le 17 février 1673 qu’il va mourir. Dans cette pièce, Molière joue le rôle d’Argan, un homme qui, bien qu’en bonne santé, se croit malade. Il vit entouré de médecins. Mais sa peur de la maladie et de la mort l’empêche de voir qu’il s’agit en réalité de charlatans. Le Malade imaginaire critique violemment la médecine du XVII e siècle. C’est aussi une vision pessimiste de la famille : la femme d’Argan n’attend que la mort de son mari pour profiter de son héritage. Sa fille refuse d’épouser un médecin. Argan est l’archétype du « dindon de la farce » : il est constamment berné mais ne s’en rend pas compte.

Dans l’interprétation de ce personnage grotesque, Molière est hilarant. Mais la quatrième représentation de la pièce va tourner au drame. Molière souffre depuis plusieurs années d’une maladie pulmonaire. Mal soignée, elle s’est aggravée. Et le 17 février, il hésite à monter sur scène. Malgré son état, il refuse d’annuler le spectacle. À la fin de la représentation, il est pris de convulsions devant le public. La douleur le défigure, mais il en atténue l’effet dramatique par des mimiques. Molière est affaissé dans son fauteuil. Le sang qu’il a craché tache son vêtement de scène. Il assiste au ballet final des médecins, des apothicaires et des chirurgiens qui dansent autour de lui dans la cérémonie burlesque où Argan est lui-même fait médecin. Aussitôt le rideau baissé, il est ramené chez lui, rue Richelieu. Il se couche et meurt peu de temps après.

Célébration annuelle

Parmi les endroits liés à Molière à Paris, il faut bien sûr mentionner la Comédie-Française. Bien que cette institution ait été créée après la mort de Molière, elle porte le titre prestigieux de « maison de Molière ». Elle a connu différents emplacements. Depuis 1799, son bâtiment se trouve dans le Palais-Royal (1 er arrondissement de Paris). Un buste de Molière est exposé dans le foyer du public. Les comédiens de la célèbre maison ne manquent jamais de le saluer ou de le toucher au passage. Quant au fauteuil qu’occupait Molière lors de la fatale représentation du Malade imaginaire, il trône au fond de la galerie des Bustes. Après avoir fait partie du décor de cette pièce jusqu’au milieu du XIX e siècle, la précieuse relique ne retrouve désormais la scène qu’une fois par an, le 15 janvier, à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de Molière.

À PROPOS...

Du XVI e au XVIII siècle, l’apothicaire préparait et vendait des médicaments. Aujourd’hui, on parle de « pharmacien ». Le nom est resté dans l’expression « tenir des comptes d’apothicaire » : faire des calculs compliqués et excessifs.

À TRAVERS LE ROYAUME

Entre 1645 et 1658, Molière parcourt le royaume avec sa troupe. Il n’existe aucune trace écrite de ce long périple, mais on suppose qu’il a visité de nombreuses villes : Lyon, Béziers, Montpellier, Avignon, Dijon, Grenoble, Bordeaux, Rouen. La vie des troupes itinérantes est aventureuse, les déplacements compliqués. Les tréteaux, les costumes et les éléments de décor sont entassés sur des chariots. Les comédiens jouent rarement dans de véritables théâtres. Et les scènes sont le plus souvent improvisées. Au pire, la représentation a lieu dans une chambre. Au mieux, le spectacle est donné dans la salle des gardes d’un château. En 13 ans d’itinérance, Molière a été confronté à des guerres, des épidémies et des famines. Mais le voyage initiatique s’est poursuivi sans relâche. C’est au cours de ces pérégrinations que Molière a écrit plusieurs farces qui sont encore jouées aujourd’hui. En 1990, la mise en scène du Médecin volant par Dario Fo à la Comédie-Française, bien dans la veine moliéresque, a été un énorme succès. La Jalousie du Barbouillé est aussi régulièrement représentée, au même titre que L’Étourdi.

PÉZENAS

« Si Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris, Molière est né à Pézenas. » Cette citation de Marcel Pagnol montre à quel point cette petite commune de l’Hérault revêt une importance capitale dans la carrière de Molière.

« On ne meurt qu’une fois, et c’est pour si longtemps. »

(LE DÉPIT AMOUREUX)

À l’époque où Molière sillonne le royaume avec sa troupe, Pézenas est une ville à l’économie florissante. En attestent les nombreux hôtels particuliers des XVI e , XVII et XVIII siècles, ainsi que les 30 bâtiments inscrits Monuments historiques qui enrichissent le patrimoine de la petite cité.

Molière s’y arrête en 1653. Il obtient un soutien financier pour sa troupe de la part du prince de Conti qui réside à Pézenas. Conti est issu d’une des plus illustres familles de France. Sa protection permet à Molière de connaître une certaine prospérité. Quand il ne joue pas, Molière aime se rendre dans la boutique du barbier Gély. Assis dans un grand fauteuil, aujourd’hui conservé au musée de Vulliod Saint- Germain de Pézenas, il observe les clients, les écoute. Certains d’entre eux l’auraient inspiré pour Monsieur de Pourceaugnac – peut-être même Conti.

La présence de Molière hante toujours la petite ville, notamment la cour de l’hôtel d’Alfonce, où il a joué. La façade du barbier n’a pas non plus beaucoup changé depuis le XVII e siècle. L’hôtellerie du Bât d’Argent, où Molière a séjourné pendant l’hiver 1653-1654, existe toujours. Mais c’est aujourd’hui un immeuble résidentiel. La grande cheminée de cette auberge, auprès de laquelle Molière s’est réchauffé, a été rénovée.

La protection du prince de Conti va durer deux années. Après une vie dissolue, celui-ci rompt tout lien avec son protégé et renoue avec une foi catholique austère. Conti participera même à la campagne d’interdiction du Tartuffe.

VERSAILLES

Au printemps 1664, Louis XIV décide d’organiser une fête extraordinaire pour marquer l’avancement des travaux du château de Versailles : la fête des Plaisirs de l’Île enchantée. Mais en réalité, elle est dédiée à Mademoiselle de La Vallière, la jeune maîtresse du roi, qui doit être présentée à la cour à cette occasion. Les réjouissances se déroulent du 7 au 13 mai 1664. Elles comportent d’innombrables attractions, auxquelles 600 invités assistent ébahis dans le parc du château somptueusement aménagé par André Le Nôtre, le jardinier du roi.

« Les langues ont toujours du venin à répandre. »

(LE TARTUFFE)

Mehr dazu finden Sie auf Écoute-Audio: www.ecoute.de/ecoute-audio und in Écoute-Plus: www.ecoute.de/ ecoute-plus

À PROPOS...

Musicien attitré de Louis XIV, Jean-Baptiste Lully compose des ballets pour le roi et écrit la musique de 13 comédies-ballets de Molière, dont Monsieur de Pourceaugnac et Le Bourgeois gentilhomme.

Molière est le grand organisateur des festivités. Avec le roi, il en est même le centre. En plus des pièces et des ballets qu’il présente devant la cour, il est chargé des parades et des défilés, dont les décors et les costumes sont féériques. Les animaux de la ménagerie de Versailles y participent : un éléphant, un chameau, un ours. Molière endosse différents rôles dont celui du dieu Pan. Il joue même une nymphe. Le roi prend également part au spectacle, suivi par d’autres têtes couronnées.

C’est lors de cette fête des Plaisirs de l’Île enchantée que Molière collabore pour la première fois avec Lully, qui compose la musique de sa comédie-ballet La Princesse d’Élide. L’histoire : trois princes veulent épouser la princesse, qui méprise l’amour. Elle finira par prendre pour mari celui qui la dédaigne le plus. Cette pièce émerveille les spectateurs, autant par la richesse des costumes que par le cadre bucolique dans lequel elle est représentée.

Quatre jours plus tard, Molière donne Le Tartuffe. Avec cette pièce, il va provoquer le plus gros scandale de sa carrière. Le personnage de Tartuffe est un hypocrite qui se fait passer pour un homme pieux. Orgon, un naïf sous son emprise, lui lègue ses biens et lui promet sa fille. L’imposteur sera finalement démasqué et arrêté. De nombreux dévots se reconnaissent sous les traits de Tartuffe. Ils participent, avec l’Église, à l’interdiction de la pièce. Molière est accusé d’impiété et de blasphème. Toute personne prenant part à une représentation du Tartuffe sera excommuniée. Malgré le soutien du roi et les modifications apportées à son texte, Molière ne pourra rejouer Le Tartuffe que cinq ans plus tard. La pièce fera un triomphe.

CHAMBORD

Les deux comédies-ballets de Molière – Monsieur de Pourceaugnac et Le Bourgeois gentilhomme – ont été représentées pour la première fois au château de Chambord, « pour le divertissement du roi ». Jean-Baptiste Lully en a composé la musique.

Le Bourgeois gentilhomme est l’une des pièces les plus célèbres de Molière. C’est une satire de la bourgeoisie du XVII e siècle. Sa figure principale est un personnage ridicule : Monsieur Jourdain. Ce bourgeois inculte cherche à imiter le comportement de la noblesse, mais avec une telle bêtise que tout le monde se moque de lui. La représentation a lieu le 14 octobre 1670. Une scène provisoire en bois a été montée à l’intérieur du bâtiment, car Chambord n’a pas de théâtre. Malgré ses nombreux ressorts comiques, Le Bourgeois gentilhomme se déroule dans un silence de mort. Certes, Molière raille Jourdain, mais à travers cette caricature, c’est aussi le ridicule des manières ampoulées de la cour qu’il dénonce. Des courtisans pressent le roi d’interdire la pièce avant qu’elle ne soit jouée. Mais Louis XIV, qui méprise les flatteurs, ne cède pas. À la fin de la représentation, une partie du public refuse d’applaudir. Molière craint de nouveaux ennuis. Mais le roi le rassure : « Je suis tout à fait content de votre comédie, voilà le vrai comique et la bonne et utile plaisanterie ; continuez à travailler dans ce même genre, vous me ferez plaisir. » C’est finalement Molière qui triomphe. Et Le Bourgeois gentilhomme viendra s’ajouter à la longue liste des pièces emblématiques de Molière.

MOLIÈRE SUPERSTAR

La célébration du 400 e anniversaire de Molière donnera lieu à diverses manifestations. Le plus aimé des dramaturges français sera fêté sous diverses formes : des colloques, des rencontres et des sensibilisations à son œuvre pour un jeune public. La Comédie-Française reprendra toutes ses pièces pendant six mois.

Beaucoup souhaiteraient profiter de cet anniversaire pour le voir entrer au Panthéon. Le président Macron, qui est lui-même monté sur scène adolescent, donnera peut-être un avis favorable.