Bereits Kunde? Jetzt einloggen.
Lesezeit ca. 16 Min.

NOS VILLAGES PRÉFÉRÉS


Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 11/2018 vom 24.10.2018

Sie haben doch sicher einen Lieblingsort in Deutschland, den Sie anderen gerne empfehlen? Nicht anders geht es den Mitarbeitern in der Écoute-Redaktion. Sie berichten von Orten, die ihnen ans Herz gewachsen sind, wo sie geboren wurden oder wo sie ganz besondere Momente verbracht haben.


MOYEN

VOYAGE

Artikelbild für den Artikel "NOS VILLAGES PRÉFÉRÉS" aus der Ausgabe 11/2018 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.

Bildquelle: Écoute, Ausgabe 11/2018

Montpeyroux, en région Auvergne-Rhône-Alpes, labellisé « Plus Beau Village de France »


AGNÈS ROUBILLE,

rédactrice chezÉcoute depuis 2016. Se régale autant de jambon cru et de saint-nectaire que d’églises romanes: trois spécialités auvergnates incontournables.

la fébrilité
, die Aufregung

l’impatience [lpasjs] ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 8,99€
NEWS 14 Tage gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 11/2018 von La honte à Montreuil. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
La honte à Montreuil
Titelbild der Ausgabe 11/2018 von MARC NAMBLARD. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
MARC NAMBLARD
Titelbild der Ausgabe 11/2018 von Jane Birkin. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
Jane Birkin
Titelbild der Ausgabe 11/2018 von La photo de classe. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
La photo de classe
Titelbild der Ausgabe 11/2018 von PARIS SECRET. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
PARIS SECRET
Titelbild der Ausgabe 11/2018 von Dans le secret des prix littéraires. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
Dans le secret des prix littéraires
Vorheriger Artikel
Jane Birkin
aus dieser Ausgabe
Nächster Artikel La photo de classe
aus dieser Ausgabe

l’impatience [lpasjs](f)
, die Ungeduld

classé,e parmi qc
,hier: zu etw. zählend

attirer le regard
[ʀəgaʀ], die Blicke auf sich ziehen

emprunter
[pʀte],hier: fahren auf

la butte
, der Hügel

fortifié,e
, befestigt

le porche
[pOʀS], der Portalvorba

inscrit,e aux monuments historiques
, unter Denkmalschutz stehend

l’arkose
[laʀkoz], die Arkose; feldspatreicher Sandstein

la prospérité
, der Wohlstand

pierreux,se
[pjeʀo], steinig

la carrière
, der Steinbruch

le donjon
, der Bergfried

assurer
, gewährleisten

le soleil de plomb
[pl], die glühende Sonne

du coin
[dykw], von hier

MONTPEYROUX

La cloche de l’église sonnait 15 h. Dans quelques minutes, le mariage de mon cousin allait commencer. La fébrilité montait. Impatience de rencontrer les mariés, mais aussi de découvrir les environs, ce joli petit village dans lequel est célébrée la cérémonie: Montpeyroux, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Classé depuis 1989 parmi « Les Plus Beaux Villages de France », il attire le regard des automobilistes qui empruntent l’autoroute A75 entre Clermont-Ferrand et Issoire. Car Montpeyroux est situé sur une butte rocheuse. Pour entrer dans le village médiéval fortifié, il faut passer sous un porche du XIVe siècle, inscrit aux monuments historiques. De là il n’y a plus que quelques pas jusqu’à l’église romane édifiée en arkose. Cette pierre locale aux couleurs ocre et blonde a longtemps contribué à la prospérité économique de l’endroit. Elle est aussi à l’origine de son nom qui signifie « mont pierreux », en référence aux carrières d’arkose. Mais le plus impressionnant reste le donjon du XIIIe siècle, qui permettait d’assurer la protection des villageois. Aujourd’hui, il offre du haut de ses 30 mètres un panorama sur la chaîne des Puys, le massif du Sancy et les monts du Cantal.Le village de Montpeyroux reste associé dans mon souvenir à une fête familiale joyeuse sous un soleil de plomb. En y retournant quelques années plus tard, j’ai pris le temps de découvrir les boutiques des artisans du coin et de profiter des terrasses de cafés. Tombé en ruine dans les années 1930, Montpeyroux a su se reconstruire avec le temps. Aujourd’hui, il propose à ses 370 habitants une économie locale et basée sur le tourisme.

Dégustation
Les restaurants de Montpeyroux proposent les meilleurs vins et spécialités de la région.

Domaine de l’Aiguelière
La culture de la vigne a beaucoup influencé la morphologie du village.

La pierre locale
Jusqu’en 1935, les carrières de pierre d’arkose de Montpeyroux servaient à fabriquer des meules à grains.

Plat typique S
alade de canard et de noix, le vrai plat du terroir

Village médiéval
Porte fortifiée du XIVe siècle, située à l’entrée du village

Duingt

Vous connaissez sans doute le lac d’Annecy, haut lieu touristique des Alpes, en Haute-Savoie. Mais vous êtes-vous déjà aventuré dans l’un des petits villages qui le bordent? Vous pouvez choisir la rive droite, dite « orientale », la plus chic, et traverser les communes de Veyrierdu- Lac, Menthon-Saint-Bernard et Talloires. Ou rejoindre la rive gauche et passer par Sevrier, Saint-Jorioz avant d’arriver à Duingt. J’ai grandi là-bas et je peux vous assurer que Duingt est le plus bel endroit du monde.

Ce village est installé de part et d’autre du Taillefer et du Roc des boeufs, deux montagnes verdoyantes que vous pouvez gravir pour avoir une vue splendide sur le lac. On y trouve trois châteaux, dont le plus célèbre est Châteauvieux. Il se situe sur une presqu’île qui divise le lac en deux: au nord le grand lac avec Annecy au loin, au sud le petit lac avec ses roselières protégées, abritant une foule d’oiseaux aquatiques. Cézanne a passé des heures à peindre Duingt… D’ici, vous pouvez partir en randonnée dans le massif des Bauges ou rejoindre Annecy en bateau. Ou tout simplement, durant l’été, rester à bronzer sur la plage!

Côté gastronomie, le restaurant duRoselet propose la dégustation de l’omble-chevalier, un poisson du lac à la chair rosée et délicate. Je vous conseille aussiLe Clos Marcel qui propose une cuisine raffinée et une plage privée.

Pour les passionnés d’histoire médiévale, le coeur du village, avec ses jolies ruelles, vaut le détour.

Enfin, pour les bons nageurs, c’est ici que le lac est le plus étroit: 800 mètres de traversée entre la presqu’île du château et le Roc de Chère en face. Le lac d’Annecy est aussi très prisé des navigateurs, surtout en haute-saison. Mais pour en profiter au calme, pourquoi ne pas y aller en novembre?

MARIE BRILLANT ,
rédactrice photo chezÉcoute depuis 2014. De retour de Duingt où elle a pu vérifier que les vacances au bord de ce lac sont toujours aussi belles.

rejoindre
,hier: fahren am

assurer
, versichern

de part et d’autre de
[dəpaʀtedotʀdə], auf beiden Seiten von

verdoyant ,
e [vɛʀdwaj,jt], grün

gravir
, besteigen

la roselière
[ʀozəljɛʀ], das Schilf, das Röhricht

abriter
, beherbergen

une foule de
, jede Menge

partir en randonnée
, wandern gehen

rejoindre
, fahren nach

bronzer
, sonnenbaden

la dégustation
, die Verkostung

l’omble-chevalier
[lbləSəvalje](m)
, der Seesaibling

la chair
[Sɛʀ], das Fleisch

valoir le détour
, den Umweg lohnen

être prisé,e [pʀize]de
, geschätzt werden von

le navigateur
, der Skipper

Vue sur le lac d’Annecy et la commune de Duingt, dans le parc naturel régional du massif des Bauges


Bussang

Entre sport et culture
Ce village des Vosges se situe au pied de la source de la Moselle et est l’endroit parfait pour allier vacances sportives et culturelles.

En scène!
Représentation deLa Dame de chez Maxim , une pièce de de Georges Feydeau, mise en scène en 2017 au Théâtre du Peuple de Bussang

Sur la route des vins d’Alsace, au coeur des Vosges, se trouve le village de Bussang. Il mérite qu’on s’y arrête pour plusieurs raisons. Tout d’abord, d’un point de vue gastronomique. En effet, c’est à Bussang que l’on produit, d’après moi, le meilleur fromage: le munster. Un vrai délice! En revanche, n’essayez pas de le transporter plus de quelques heures en voiture… son « parfum » empesterait votre véhicule pendant des mois! Goûtez aussi la tarte aux myrtilles. La récolte de ces baies, qui se fait de juillet à décembre, est l’occasion d’une véritable sortie en famille. J’adorais ces promenades familiales autour des cascades et des lacs. Avec ma soeur, nous comparions nos langues devenues bleues à force d’en manger… C’est dans ce décor de rêve, au milieu des montagnes boisées, que se trouve la source officielle de la Moselle.

Bussang s’est développé grâce à son exploitation d’eaux minérales, son industrie textile et son activité minière. La visite des mines, figées dans le XVIIIe siècle, est également une expérience unique!

Mais c’est surtout son Théâtre du Peuple qui rend Bussang célèbre. L’histoire de cette institution est insolite. En 1895, Maurice Pottecher, jeune metteur en scène bussenet, décide de ramener la culture parisienne du théâtre dans les Vosges. Un fait rare en province. La première pièce est jouée dans la nature. Les habitants, enthousiastes et solidaires, se mettent alors à construire une vraie salle de théâtre. En 1976, le bâtiment est classé monument historique.

Je me souviens quand j’ai vu pour la première fois les acteurs arriver à cheval du fond de la scène, ouverte sur la forêt. Magique! La devise de Pottecher, enterré dans le jardin du théâtre, semble immortelle dans ce village: « Par l’art pour l’humanité. » Il souhaitait un théâtre pour tous, qui rassemble. Un vrai succès!

SANDRA PERCONTE ,
rédactrice chezÉcoute depuis avril dernier et professeure de français. Née à Budapest, elle a grandi à Nancy et a traversé toute l’Europe à moto avant de poser ses valises à Munich.

d’un point de vue…
, in … Hinsicht

empester
[pɛste], verpesten

la myrtille
[miʀtij], die Blaubeere

la récolte
, die Ernte

la baie
[bɛ], die Beere

la cascade
[kaskad], der Wasserfall

à force de
, durch das viele

boisé,e
[bwAze], bewaldet

la source
, die Quelle

l’exploitation (f)
, die Gewinnung

l’activité (f) minière
, der Bergbau

figé,e
, erstarrt, stehengeblieben

insolite
, ungewöhnlich

le metteur en scène
[sɛn], der Regisseur

la scène
, die Bühne

enterré,e
[teʀe], begraben

immortel,le
[imOʀtɛl], unsterblich

rassembler
, versammeln

7

Le « village belvédère » de Château-Chalon, entre coteaux et plaines du Jura


FANNY GRANDCLÉMENT ,
rédactrice en chef adjointe chezÉcoute depuis 2015. Passionnée de Jura, sa région natale, de lacs, de verdure… et surtout de vin jaune.

rien que lui
, nur mit ihm

du haut de mes
, mit meinen

sacrément
, ungeheuer

arpenter
, durchkämmen

belvédère
[bɛlvedɛʀ], Aussichtsl’abbaye
[labei](f)
, die Abtei

l’abbesse
[labɛs](f)
, die Äbtissin

battre à plate couture
, in die Pfanne hauen

bel et bien
[bɛlebj], in der Tat

le cépage savagnin
, Weißweinsorte aus dem Jura

les plaisirs (m) de la chair
[Sɛʀ], die sinnlichen Freuden

reporter
, übertragen

le fût de chên
e , das Eichenfass

le vieillissement
[vjejism], die Reifung

s’évaporer
, verdunsten

la part des anges
[paʀdezZ], die Verdunstung

beurk
[boeʀk], igitt, pfui

le vestige
, der Überrest

être aux anges
[ozZ], überglücklich sein

Château- Chalon

« Viens, je t’emmène voir le plus beau village de France. » Mon père était loin de s’imaginer la joie que j’ai éprouvée au moment où il m’a dit cela. J’ai grandi dans un petit village du Jura, l’un des plus petits départements de France, mais aussi des plus beaux! Mon père a toujours passé plus de temps dans son usine qu’auprès de mon frère et moi. Il nous manquait. Alors partir visiter Château-Chalon, classé effectivement parmi « Les Plus Beaux Villages de France », avec lui, rien que lui, était à l’époque l’un des plus beaux cadeaux qu’il pouvait me faire. Je n’oublierai jamais cette journée. Il faut dire que, du haut de mes 12 ans, j’étais sacrément fière d’arpenter à ses côtés les ruelles de ce « village belvédère ». Tout en me montrant de jolis coins avec vue sur les vallées jurassiennes, mon père me racontait quelques anecdotes sur les lieux: « Tu vois l’abbaye là-bas? Eh bien ce sont les abbesses qui y ont vécu au VIIe siècle qui ont inventé le plus grand vin de France »… Oui parce que, pour mon père, le Jura et ses habitants battent le reste de la France à plate couture, et dans tous les domaines! Donc c’est bel et bien à Château-Chalon que l’on produisit, dès le VIIIe siècle, le fameux vin jaune, issu du cépage savagnin. « On raconte que les plaisirs de la chair leur étant interdits, les abbesses ont alors reporté leur amour sur le vin! », poursuivait mon père. Le vin jaune n’est peutêtre pas « le plus grand de tous les vins » (faut pas exagérer non plus!), mais il est, en tous les cas, unique dans son mode de vinification. Il est mis dans des vieux fûts de chêne pendant six ans et trois mois. Durant son vieillissement, une partie du vin s’évapore, ce qu’on appelle poétiquement « la part des anges ». « Beurk! Moi j’aime pas le vin… », disais-je à mon père qui éclatait de rire tout en me prenant la main: « Viens, je vais te montrer les vestiges du donjon du château. » Pour sûr, moi aussi j’étais aux anges, comme le vin!

Cabane sur pilotis
Ces cabanes comportent de grands filets appelés « carrelets » pour pêchertoutes sortes de poissons.

Volets bleus
Cette couleur est utilisée sur les maisons de bord de mer pour éloigner les insectes.

NANJA BOENISCH ,
stagiaire chezÉcoute l’été dernier. Grande fan de français, elle ambitionne de devenir journaliste.

la péninsule
[pensyl], die Halbinsel

surplomber qc
, über etw.liegen

l’estuaire
[lɛstɥɛʀ](m) , die Flussmündung

la bastide
, das Wehrdorf

le rempart
, die Festungsmauer

la cabane de pêche
, die Fischerhütte

les pilotis
[pilOti](m) , die Pfähle

émerveiller
[emɛʀveje], in Erstaunen versetzen

l’escapade [lɛskapad](f)
, der Ausflug

prendre d’assaut
[daso], stürmen

guetter
[gɛte], beobachten

les jumelles (f/pl)
, das Fernglas

Talmontsur- Gironde

C’est à pied ou à bicyclette que cette péninsule, surplombant l’estuaire de la Gironde, en Nouvelle-Aquitaine, se visite le mieux. Petit village d’environ 90 âmes, Talmont- sur-Gironde était, au Moyen Âge, une bastide. En témoignent aujourd’hui encore l’église Sainte-Radegonde et les restes des remparts construits en 1284. Les balades nocturnes sur ces derniers, avec le coucher de soleil et la vue sur la roche du Caillaud ainsi que sur les cabanes de pêche sur pilotis m’ont marquée à jamais.

Enfants, ma soeur et moi passions en effet nos grandes vacances avec ma tante, à Talmont. Quelle chance pour nous, originaires de Bonn en Allemagne, d’avoir pu passer chacun de nos étés au bord de la mer! Je me souviens de nos promenades dans les ruelles fleuries, le long des anciennes maisons de pêcheurs et des magasins d’artisanat, où les objets marins présentés en vitrine émerveillaient nos yeux d’enfants.

En plus des longues baignades et des escapades en bateau, nous aimions jouer aux pirates autour de l’église Sainte-Radegonde. Nous prenions alors d’assaut l’édifice médiéval, puis nous nous mettions à la recherche du fameux « trésor des reliques ». Ou nous guettions l’arrivée d’autres pirates par la mer avec nos jumelles magiques – qui n’étaient autre que nos mains!

À la fin des vacances, nous reprenions le bateau pour traverser l’estuaire et rejoindre Bordeaux, avant de s’envoler vers l’Allemagne… Là où les pirates et autres corsaires se font plus rares!

Talmont et son église Sainte- Radegonde, sur les eaux de la Gironde


Situé à 570 mètres d’altitude, Speloncato domine la vallée du Reginu, en Haute-Corse. Ce village compte environ 280 habitants l’hiver et jusqu’à 800 l’été.


Speloncato

Lundi, 16 h. J’arrive à l’hôtel du village, dans le nord de la Corse. Le gérant m’accueille. Ni aimable, ni pas aimable. Rude. Corse. Il me tend les clés de ma chambre puis demande: « Vous mangez ici ce soir? » Volontiers. Le repas fut un délice.

Mardi, 11 h. En sortant de l’hôtel, je lui demande: « Vous savez où je peux trouver des cartes postales?

– À Lavatoggio. C’est à 30 minutes d’ici. Vous mangez ici ce soir? »

J’acquiesce et me rends à Lavatoggio – il me faut une heure – puis rentre au village. Je m’y balade l’après-midi. Le soir à table: à nouveau un délice! Je complimente le gérant, puis ose: « Dites donc, vous m’avez raconté des craques: vous m’avez envoyé à Lavatoggio pour acheter une carte postale. Et cet après-midi, en me promenant, j’ai découvert qu’au café d’en face, juste là, le type en vend, des cartes postales!! – Oui, mais lui, c’est un con. »

Mercredi, 20 h. Je dîne à l’hôtel. Le gérant vient s’asseoir à ma table. Il me regarde droit dans les yeux: « Pour vous, les Français, on a la réputation d’être des fainéants. Et ça, nous, on n’aime pas.

– Bah… moi, je suis Français mais Ch’ti et d’origine belge. Et les Belges ont la réputation d’être cons. Honnêtement, entre être fainéant et être con, moi je préférerais être Corse! »

Il me fixe en souriant, se lève et s’en va. Samedi, 10 h. Alors que je sors de l’hôtel, le gérant m’interpelle: « Monsieur de Groote, vous dînez ici ce soir?

– Non, je pars à la montagne aujourd’hui. Et je reviendrai tard dans la nuit.

– Ce soir je pensais faire les pâtes aux gambas flambées que vous aimez tant. Et vous repartez demain. Dommage!

– Ah zut! Mais je ne peux pas changer de programme malheureusement… »

Il est minuit quand je rentre. Je pousse la porte de l’hôtel. Noir. Je m’approche doucement des escaliers qui mènent à ma chambre, quand une porte du rezde- chaussée s’ouvre. J’entends susurrer: « Monsieur de Groote, je vous ai gardé une portion des pâtes que vous aimez tant. Et tenez: deux bouteilles de vin de pêche pour emporter avec vous à Munich. »

JEAN-YVES DE GROOTE ,
rédacteur en chef d’Écoute depuis 2011. Passionné de Corse, de pâtes aux gambas, de vin de pêche, et de bien (trop?) d’autres choses encore…

le gérant
, der Geschäftsführer

rude
, schroff

tendre
, geben, reichen

le délice
, der Hochgenuss

acquiescer
[akjese], einwilligen

la craque
, das Lügenmärchen

le con
, der Blödmann

le fainéant
, der Faulenzer

honnêtement
[Onɛtm], ganz ehrlich

zut
[zyt], verflixt

susurrer
[sysyʀe], flüstern

la pêche
, der Pfirsich

Spécialités culinaires
Pour déguster de bons plats, le restaurantU Paesanu propose une cuisine locale et des produits du jardin.

La fierté corse
Dans les rues, il n’est pas rare de voir l’emblème de la Corse: la tête de Maure.

Forteresse de Penne, sur la route des pigeonniers, dans le Tarn


Penne

C’est dans la région Occitanie, au sud-ouest de la France, réputée pour son confit de canard et ses bastides haut perchées, que se trouve Penne. Pour y arriver, on longe les gorges de l’Aveyron jusqu’à ce qu’apparaisse, près de la forêt de Grésigne, la silhouette caractéristique de cette petite cité médiévale. Un peu moins d’une centaine d’habitants vivent encore dans les maisons à colombages qui bordent ses ruelles. Les pierres rosées donnent tout son charme à ce village du Tarn.

Mais la particularité de Penne, c’est surtout son château du XIIIe siècle. Ou plutôt ses ruines. Successivement assiégé par les Cathares puis les Anglais, le fort a souvent dû résister à l’envahisseur. Quasi imprenable, il se tient au sommet de l’éperon rocheux sur lequel le village est construit. Des princesses, des poètes et même un ermite, dit « Le Terrible de Penne », auraient séjourné entre ces murs. Le château propose régulièrement des reconstitutions historiques.

De jolis pigeonniers sont aussi à voir dans les alentours. Au nombre de 1 700, en briques, à colombages, sur pilotis, ils font partie du patrimoine architectural du Tarn.

Pour moi, Penne symbolise le village des vacances d’été. On mange du succulent magret de canard et du melon de pays dans ses guinguettes, on se baigne dans l’Aveyron, on fait du canoë sur la rivière, on déguste une glace à l’ombre de ses ruelles…Le must? S’allonger dans l’une des prairies en bas du village et apprécier le feu d’artifice tiré depuis le château. Une fois le spectacle fini, on peut alors contempler un magnifique ciel étoilé, enveloppé dans la chaleur estivale, tout en écoutant le chant des grillons.

SARAH THIERRY ,
bretonne d’adoption, journaliste chezÉcoute depuis 2015. Se rend presque chaque été dans le Sud pour écouter le chant des cigales.

le confit de canard
, das eingemachte Entenfleisch

haut perché,e
, hoch oben gelegen

longer
, entlangfahren

la gorge
[gOʀZ], die Schlucht

la maison à colombages
, das Fachwerkhaus

la particularité
, die Besonderheit

assiégé,e
[asjeZe], belagert

l’envahisseur (m)
, der Angreifer

imprenable
[pʀənabl], uneinnehmbar

l’éperon (m) rocheux
, der Felsvorsprung

le pigeonnier
[piZOnje], der Taubenschlag

succulent,e
[sykyl,t], köstlich

le magret de canard
, das Entenbrustfilet

la guinguette
[ggɛt], das Ausflugslokal

s’allonger
, sich ausstrecken

le feu d’artifice
, das Feuerwerk

tiré,e
, abgeschossen

VILLERVILLE

bercer
, einlullen

entonner
[tOne], anstimmen

parti,e au large
, auf großer Fahrt

la bénédiction
, die Segnung

le disparu
, der Verschollene, der Verstorbene

l’offrande (f)
, die Opfergabe

improbable
, unwahrscheinlich

la baleine
, der Wal

s’échouer
[seSwe], stranden

la carcasse
[kaʀkas], der Rumpf

l’écrin (m) de verdure
, die Parklandschaft

l’espace (m) naturel
, die Naturlandschaft

la mare
, der Tümpel

la chèvre
, die Ziege

le lavoir
, das Waschhaus

le calvaire
, der Kalvarienberg

la table
, das Restaurant

le disciple
[disipl], der Schüler

le crustacé
, das Krustentier

faire chambres d’hôtes
, Gästezimmer haben

le plat
, das Gericht

emblématiq
ue , typisch

le tournage
, die Dreharbeiten

la notoriété
, die Bekanntheit

affectionner
[afɛksjOne], besonders mögen

Situé en Normandie, sur la Côte fleurie, entre Deauville et Honfleur, Villerville est un village de pêcheurs peuplé d’environ 700 habitants. Longtemps seule ressource du village, la mer est au centre de la vie des Villervillais. Autrefois, ils étaient bercés par les messes des pêcheurs que les femmes entonnaient pendant l’absence de leur mari parti au large. Aujourd’hui, les villageois ont gardé une partie de leurs coutumes grâce aux bénédictions de la mer qui ont lieu chaque année en mémoire des disparus. En 1893, une offrande improbable de Neptune a même été faite à ce village. En effet, une baleine s’est échouée sur la plage, et Simon Max, le propriétaire du Casino de la côte, eut l’idée d’en faire… un théâtre! Après avoir vidé la bête, il garda la carcasse et installa 99 fauteuils à l’intérieur. Une histoire qui ne s’invente pas!

Entre terre et mer, Villerville est aussi un écrin de verdure. Le parc des Graves est un espace naturel qui offre une belle balade piétonne autour des plantations, des mares et des chèvres qui rappellent la magie de la campagne. La place du Lavoir, les maisons de pêcheurs colorées et étroites, ainsi que le calvaire datant de 1888 font aussi la richesse de Villerville. Si la curiosité vous pousse jusque-là, Le Bellevue, hôtel trois étoiles, est pourvu de belles chambres et d’une très bonne table avec vue sur la mer. Le chef est un disciple d’Auguste Escoffier et propose une cuisine traditionnelle à base de poissons et de crustacés. Le Cabaret Normand, quant à lui, fait chambres d’hôtes et prépare des plats faits maison. C’est un endroit emblématique du village, car il a accueilli une partie du tournage du filmUn Singe en hiver (1962), avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo. Depuis la sortie de ce film, Villerville bénéficie d’une certaine notoriété. Mais peu importe où vous mangerez, l’important sera de finir par un petit calvados, célèbre digestif normand.

J’affectionne particulièrement ce village car toute la famille de mon mari y est née et leur histoire est profondément ancrée dans le passé de ce lieu. Étant luimême petit-fils de pêcheur, mon mari aime la mer et j’ai appris à l’aimer à ses côtés. D’ailleurs l’une des premières choses que nous faisons lorsque nous revenons en Normandie, c’est de nous baigner à Villerville. Sa côte est plus sauvage et moins touristique que celles des villes alentour. Pour résumer, ce n’est peut-être pas mon village natal mais pour sûr, c’est mon village de coeur!

Le Petit Manoir
Cette villa de style anglo-normand surplombe la mer. Elle a été construite par Charles Garnier en 1875, l’architecte de l’opéra de Paris.

La rue principale
Elle mène au Cabaret Normand, l’un des lieux de tournage du filmUn Singe en hiver , tiré du roman éponyme d’Antoine Blondin (1959).

La plage
Avec ses marées montantes et descendantes, la côte de Villerville n’offre jamais le même paysage.

SANDRA THOMINE ,
rédactrice chezÉcoute depuis 2014. Ancienne avocate qui trouve plus de plaisir à écrire qu’à régler des problèmes juridiques. Et grande amoureuse de la Côte fleurie bien sûr.


Fotos: Per Karlsson/BKWine/Alamy Stock Photo (2), Patrick Allard/REA/Laif, Pierre-Louis Viel, Bernard Jaubert/Getty images (2)

Fotos: Denis Bringard/hemis/laif, Thierry Gachon/maxppp/dpa - Pierre Jacques/Hemis/Laif (Seite 18/19)

Fotos: Francesco Carovillano/Huber-Images, Trevor Pearson/Alamy Stock Photo

Fotos: Thierry Grun/Aero/Alamy Stock Photo - Franck Guiziou/Hemis/Getty images (Seite 22/23)

Foto: Michel Cavalier/hemis/laif

Fotos: Anthony Collins/Getty images, MonsieurGermain (2) - Pascale Walter/CDTTarn (Seite 28/29)