Lesezeit ca. 3 Min.
arrow_back

TUNISIE : UNE TRANSITION DÉMOCRATIQUE EN PÉRIL ?


Logo von Écoute
Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 2/2022 vom 26.01.2022

DIFFICILE

Artikelbild für den Artikel "TUNISIE : UNE TRANSITION DÉMOCRATIQUE EN PÉRIL ?" aus der Ausgabe 2/2022 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.

Bildquelle: Écoute, Ausgabe 2/2022

Mehr dazu finden Sie auf Écoute-Plus: www.ecoute.de/ ecoute-plus

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant, se donnait la mort après que la police avait confisqué sa marchandise. Dans la foulée, la Tunisie se soulève contre son dictateur, Ben Ali, qui finit par s’enfuir le 14 janvier 2011. Cet évènement sera à l’origine du « printemps arabe », une révolte démocratique qui secouera l’ensemble du monde arabe, dont la Syrie, l’Égypte, la Libye...

La Tunisie reste aujourd’hui l’unique pays rescapé de ces soulèvements populaires. Malgré l’expérience du multipartisme, de la liberté d’expression, d’association et de la presse, la frustration des Tunisiens demeure immense. Car, 11 ans après la révolution, ils n’ont toujours pas vu leurs idéaux s’accomplir. Pire : tandis que le pays s’enfonce ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 9,99€
NEWS Jetzt gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.
Lesen Sie jetzt diesen Artikel und viele weitere spannende Reportagen, Interviews, Hintergrundberichte, Kommentare und mehr aus über 1050 Magazinen und Zeitungen. Mit der Zeitschriften-Flatrate NEWS von United Kiosk können Sie nicht nur in den aktuellen Ausgaben, sondern auch in Sonderheften und im umfassenden Archiv der Titel stöbern und nach Ihren Themen und Interessensgebieten suchen. Neben der großen Auswahl und dem einfachen Zugriff auf das aktuelle Wissen der Welt profitieren Sie unter anderem von diesen fünf Vorteilen:

  • Schwerpunkt auf deutschsprachige Magazine
  • Papier sparen & Umwelt schonen
  • Nur bei uns: Leselisten (wie Playlists)
  • Zertifizierte Sicherheit
  • Freundlicher Service
Erfahren Sie hier mehr über United Kiosk NEWS.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 2/2022 von POSSESSIONS EXPLOSIVES. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
POSSESSIONS EXPLOSIVES
Titelbild der Ausgabe 2/2022 von LE GRAAL DE L’HUMOUR. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
LE GRAAL DE L’HUMOUR
Titelbild der Ausgabe 2/2022 von Versailles grelotte. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
Versailles grelotte
Titelbild der Ausgabe 2/2022 von La nouvelle cuisine. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
La nouvelle cuisine
Mehr Lesetipps
Blättern im Magazin
OLYMPE DE GOUGES (1748 – 1793)
Vorheriger Artikel
OLYMPE DE GOUGES (1748 – 1793)
ENTRETIEN AVEC KHADIJA MOHSEN-FINAN
Nächster Artikel
ENTRETIEN AVEC KHADIJA MOHSEN-FINAN
Mehr Lesetipps

... dans une crise socioéconomique sans fin, un régime autoritaire et autocratique menace de faire son retour. Le miracle démocratique tunisien est-il en péril ?

Travail et dignité

« Du travail et de la dignité. Voilà quelles étaient les premières revendications lors de l’insurrection de 2011 », rappelle la politologue Sophie Bessis. Mais la promesse révolutionnaire d’une vie meilleure n’a pas été tenue. Depuis 2011, les conditions matérielles des Tunisiens ne cessent de se détériorer. Elles sont même devenues pires que sous la dictature. Ainsi, entre 2011 et 2018, le pouvoir d’achat des Tunisiens a régressé de 4 %, alors qu’il avait progressé de 20 % entre 2002 et 2011, sous la dictature. 15 % de la population vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. En 2021, le taux de chômage s’élevait à 20 %. La situation des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur est plus dramatique encore : 30 % d’entre eux étaient au chômage en 2020. Soit autant qu’en 2010, à la veille de la révolution. Une absence de perspectives qui conduit nombre de jeunes aux solutions les plus extrêmes : le terrorisme islamiste ou l’émigration clandestine vers l’Europe.

La mauvaise santé économique du pays explique en partie cette réalité. Ainsi, le tourisme, industrie phare en Tunisie, s’est effondré sous l’effet des attentats islamistes et de la crise du Covid-19. L’historienne Leyla Dakhli met, elle, en cause « la médiocrité de la classe politique corrompue, accusée de servir ses intérêts personnels plutôt que le bien public ». Membre des coalitions au pouvoir depuis dix ans, le parti islamiste Ennahdha est perçu comme « le premier responsable de cette crise ».

La dérive autocratique du président

Ce ras-le-bol de la classe politique du pays s’est exprimé aux élections présidentielles de 2019. Les Tunisiens élisent alors un homme jusque-là inconnu et sans parti. « Professeur de droit, Kaïs Saïed est un personnage austère, affirme Leyla Dakhli, mais qui incarne une forme de sérieux. Beaucoup de jeunes ont voté pour lui ». Durant sa campagne, le candidat promettait de « lutter contre la corruption » au sein de la classe politique et de « rendre le pouvoir au peuple ».

Le 25 juillet 2021, il passe à l’acte. Profitant de l’impopularité du gouvernement et de sa gestion chaotique de la crise du Covid-19, le président opère un « coup d’État constitutionnel » :

il suspend les activités du Parlement et limoge le chef du gouvernement. Seul maître à bord, il s’arroge l’essentiel des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Bien que soutenues par une majorité de Tunisiens, ces « mesures exceptionnelles » inquiètent la communauté internationale qui craint une « menace contre la démocratie ».

Le 29 septembre dernier, le président nommait une femme au poste de Premier ministre, une première dans le monde arabe. Mais beaucoup y ont vu un « leurre », un « coup de communication », soulignant « les pouvoirs très limités » de la Première ministre. De fait, le président reste le réel détenteur du pouvoir exécutif. Où Kaïs Saïed mène-t-il la Tunisie ? Mystère. Tout juste sait-on qu’il souhaite amender la Constitution. Va-t-il instaurer, comme le prédisent certains, un régime présidentialiste limitant le rôle du parlement ? Quelles que soient ses intentions, il devra obtenir l’approbation populaire par référendum et l’accord du Parlement, dont il a suspendu les travaux.

Un vent de démocratie

Depuis 11 ans, la Tunisie connaît une liberté d’expression inédite. Parmi les acquis de la révolution de 2011, il faut aussi compter le vote de la Constitution en 2014. Elle consacre le régime démocratique et met notamment la notion de droit au-dessus de la tradition et de la religion, reconnaissant la libre conscience. L’autre acquis est l’essor prodigieux de la société civile. En quelques années, des milliers d’associations se sont créées dans tout le pays et dans tous les domaines : le social, la lutte anti-corruption, l’écologie, l’économie solidaire, le féminisme... Elles essayent de pallier les carences de l’État, qui sont abyssales. « Dans ce bouillon de culture des réseaux associatifs est en train de naître une nouvelle génération, fait remarquer la politologue Sophie Bessis. Une génération qui a une autre culture politique que celle qui a vécu sous la dictature. Une culture démocratique ».