Bereits Kunde? Jetzt einloggen.
Lesezeit ca. 14 Min.

VOYAGE: NORMANDIE IMPRESSIONNISTE


Écoute - epaper ⋅ Ausgabe 4/2020 vom 18.03.2020

Bauwerke, Landschaften, Menschen, industrieller Aufschwung… alles in der Normandie schien die Impressionisten zu faszinieren. Einen tiefen Einblick in ihr Schaffen gewährt eine Veranstaltungsreihe in unterschiedlichen normannischen Städten, die von April bis September dauert.


Artikelbild für den Artikel "VOYAGE: NORMANDIE IMPRESSIONNISTE" aus der Ausgabe 4/2020 von Écoute. Dieses epaper sofort kaufen oder online lesen mit der Zeitschriften-Flatrate United Kiosk NEWS.

Bildquelle: Écoute, Ausgabe 4/2020

Photographie du jardin d’eau de Claude Monet, qui souhaitait associer plantes (parfois rares) et couleurs différentes.


La version peinte du≠ jardin d’eau de Claude Monet, intitulée Coin du bassin aux nymphéas


MOYEN

Pour voir les paysages qui ont séduit les impressionnistes, il suffit de suivre la Seine depuis Paris vers le nord-ouest. ...

Weiterlesen
epaper-Einzelheft 8,99€
NEWS 14 Tage gratis testen
Bereits gekauft?Anmelden & Lesen
Leseprobe: Abdruck mit freundlicher Genehmigung von Écoute. Alle Rechte vorbehalten.

Mehr aus dieser Ausgabe

Titelbild der Ausgabe 4/2020 von ÉDITORIAL: Du nouveau chez Écoute !. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
ÉDITORIAL: Du nouveau chez Écoute !
Titelbild der Ausgabe 4/2020 von PERSONNALITÉ: Jérôme Fourquet, sondeur (a)politique. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
PERSONNALITÉ: Jérôme Fourquet, sondeur (a)politique
Titelbild der Ausgabe 4/2020 von PETITES NOUVELLES: Le messie du Web. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
PETITES NOUVELLES: Le messie du Web
Titelbild der Ausgabe 4/2020 von CHRONIQUE D’UNE PARISIENNE: Les envahisseurs numériques. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
CHRONIQUE D’UNE PARISIENNE: Les envahisseurs numériques
Titelbild der Ausgabe 4/2020 von PARIS SECRET. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
PARIS SECRET
Titelbild der Ausgabe 4/2020 von ÉCONOMIE: Picard, le roi des surgelés. Zeitschriften als Abo oder epaper bei United Kiosk online kaufen.
ÉCONOMIE: Picard, le roi des surgelés
Vorheriger Artikel
PETITES NOUVELLES: Le messie du Web
aus dieser Ausgabe
Nächster Artikel CHRONIQUE D’UNE PARISIENNE: Les envahisseurs numériq…
aus dieser Ausgabe

... Les villes et les villages défilent: Giverny, Vernon, Rouen, Le Havre, et, plus loin, Dieppe. Au bout de la route, la plage, les rivages, les vagues, les voiliers, les falaises et les ports. Vous y êtes. La Normandie tout entière est un atelier impressionniste à ciel ouvert. Où chaque instant mérite un coup de pastel ou de pinceau, une aquarelle ou une photo, selon le temps qu’il fait. Beaucoup de peintres célèbres ont vu le jour dans cette région, y ont grandi ou s’en sont inspirés. Comme Eugène Boudin(1824-1898), originaire de Honfleur, ou Claude Monet (1840-1926), qui a passé son enfance au Havre. Mais ne croyez pas avoir déjà tout vu de l’impressionnisme.

Cette année, grâce au festival « Normandie impressionniste » (encadré page 26), les occasions de redécouvrir ce mouvement pictural et la région où il est né sont nombreuses. Ce festival a de nouvelles impressions à transmettre, du soleil levant au soleil couchant. Elles ne se limitent pas à la peinture, aux tableaux et aux dessins. Elles s’expriment de mille manières, à travers différents arts: musique, vidéo, happening, mode… L’impressionnisme se révèle très contemporain. Alors, comme les impressionnistes à leur époque, laissez-vous doucement transporter vers la Normandie pour ressentir à votre tour les jeux de lumière du ciel, de la terre et de l’eau.

Giverny
Nichée dans la verdure, la maison de Claude Monet est un passage obligé. L’artiste aimait passer du temps à l’aménager. Il y a vécu 43 ans, de 1883 à 1926. Elle est désormais ouverte au public du 1er avril au 1er novembre. Dans le jardin, que le peintre a entièrement façonné avec un grand sens des perspectives, les fleurs s’épanouissent au rythme des saisons. Les jacinthes, les jonquilles et les narcisses du printemps préparent l’arrivée des tulipes en mai, puis des coquelicots, qui ont inspiré tant de tableaux du maître. Les prunus, que Monet a imposés dans le paysage de pommiers, rosissent. L’odeur des glycines annonce l’été près du bassin japonais. Les iris font place aux roses, tandis que les nymphéas, que vous avez peut-être déjà admirés sur des toiles dans les musées parisiens, parsèment les points d’eau en juillet. C’est ici que l’artiste a réalisé pas moins de 250 peintures à l’huile les représentant.

Grande allée dans le jardin de Claude Monet à Giverny, qui inspira à l’artiste la peinture ci-contre


Les impressionnistes aimaient peindre un même motif dans différentes ambiances. Ici, l’église de Vernon représentée par tous les temps par Claude Monet


Très sensibles aux variations de couleur en fonction du moment de la journée ou de la saison, les impressionnistes ont souvent répété à l’infini le même paysage. Pour ce faire, ils jouaient avec les représentations des ombres et de la lumière, des reflets sur l’eau et de la couverture nuageuse du ciel. Ils savaient capter l’instant et rendre les couleurs de la nature, en représentant sur leurs toiles la beauté des bleus pastel, des verts chaleureux, des rouges vifs et des orangés lumineux… Toutes ces couleurs que prend Giverny d’août à septembre, avant que l’automne ne s’empare des saules pleureurs. Les couleurs ne sont cependant pas réservées aux jardins. Dans la maison aussi, elles se succèdent de pièce en pièce, dans des teintes de bleu, de vert, de rose et de jaune vifs. Les estampes japonaises que collectionnait Monet, et autrefois accrochées aux murs, rappellent le goût du peintre pour le Japon. Tout comme la passerelle verte de son jardin d’eau.

À Giverny, la nature n’est qu’inspiration, comme le prouve également le nombre de toiles exposées au musée des impressionnismes de la ville. Ce dernier met en valeur le travail en plein air de Claude Monet.

Vernon
À quelques kilomètres de Giverny, la commune de Vernon est une étape sur la ligne ferroviaire qui part de la gare Saint-Lazare, à Paris, pour aller vers Rouen, en Normandie. La mobilité offerte par le chemin de fer, alors nouveau au XIXe siècle, favorise les voyages des peintres impressionnistes entre la Normandie, principale source d’inspiration, et Paris, où les artistes ont essayé de se faire connaître et de vendre des toiles de leur vivant. Leur mobilité pour aller peindre directement sur le terrain et non plus en atelier est aussi rendue possible par l’évolution du matériel de peinture: Les couleurs se trouvent désormais en tubes et les chevalets sont pliants, donc plus légers. Ainsi, l’attirail est plus facile à transporter.

Le charme médiéval de Vernon, bourgade située dans la verdure en bord de Seine, ne pouvait que séduire les peintres. Le paysage depuis le fleuve a été immortalisé plusieurs fois par Monet. L’église de la collégiale Notre-Dame est toujours là, en retrait par rapport au fleuve, tout comme dans ses toiles réalisées dans les années 1880. Ce paysage, décliné en toute saison, par beau temps ou enveloppé de brouillard, est un peu plus urbanisé aujourd’hui, mais la quiétude des bords de Seine existe encore.


« La couleur est mon obsession quotidienne, ma joie et mon tourment. »


CLAUDE MONET (1840-1926)

Zoom sur les Nymphéas (de 1905), motif de prédilection de Claude Monet qui en réalisa 250


« Peignez sans hésitations, pour garder la fraîcheur de la première impression. »


CAMILLE PISSARRO (1830-1903)

Plus loin, le moulin de Vernon sur son vieux pont résiste encore et toujours au temps qui passe. Posé en équilibre, il a inspiré tout autant Monet que son gendre américain, le peintre Theodore Earl Butler. Dix jours après le mariage de Claude Monet avec Alice Hoschedé, Theodore épousa Suzanne Hoschedé, la belle-fille du peintre, si souvent représentée sur les tableaux du maître.

Installé dans un ancien hôtel particulier à colombages, le musée de la commune de Vernon est un bon complément à la visite du site de Giverny.

Rouen
En suivant le cours de la Seine toujours plus loin, on finit par arriver à Rouen, capitale de la Normandie. Pour commencer son tour impressionniste dans la ville aux cent clochers, on peut se rendre sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, avant d’aller visiter le musée des beaux-arts. Dans ce dernier est exposée l’une des nombreuses peintures de cet édifice religieux de style gothique. La cathédrale inspira tellement Monet que ce dernier réalisa 28 tableaux la représentant à différents moments, sous différentes variations de lumière.

Si la vue sur la cathédrale de Rouen est sûrement la plus connue, d’autres endroits de la ville ont été peints par les impressionnistes. Le Pont Boieldieu par temps mouillé de Camille Pissarro (1830- 1903), par exemple, représente un pont rouennais détruit en 1940. En effet, un bombardement a eu raison de l’ouvrage, et sa reconstruction ne s’est faite ni tout à fait au même endroit, ni selon les mêmes techniques. Il a toutefois été rebaptisé du même nom. Pareil pour le pont Corneille, que l’artiste Léon-Jules Lemaître (1850- 1905) a représenté avec des pavés, également par temps de pluie, en 1891. Celui-ci aussi a dû être reconstruit après la Seconde Guerre mondiale.

Le musée des beaux-arts de Rouen compte de nombreux chefs-d’oeuvre impressionnistes. Notamment grâce à la donation de François Depeaux (1853-1920), industriel amateur d’art et mécène qui possédait près de 600 tableaux impressionnistes. Ainsi, le musée de Rouen accueille la deuxième collection de peintures la plus importante de ce courant après Paris. On peut y contempler l’oeuvre intitulée La Rue Saint-Denis, une rue pavoisée pour la fête du 30 juin 1878, peinte par Monet. On trouve aussi, plus loin dans le musée, des paysages industriels avec des panaches de fumée, mais aussi des vues plus champêtres comme L’Inondation à Port-Marly ; La Place du Chenil à Marly, effet de neige ; L’Église de Moret (plein soleil) ou Chemin montant au soleil, toutes d’Alfred Sisley (1839-1899). On découvre encore un bouquet de chrysanthèmes immortalisé par Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), un champ de coquelicots où nous emmène Monet, tandis que Gustave Caillebotte (1848-1894) nous présente un homme en chapeau melon et redingote, avec sa toile intitulée Dans un café.

La falaise d’Aval, à Étretat, a inspiré de nombreux peintres impressionnistes.


Version peinte par Claude Monet en 1885


Ci-dessus: Actuel port du Havre


Ci-contre: En plus de la nature, l’industrialisation a aussi inspiré les impressionnistes, comme ici le port du Havre, en pleine évolution, peint par Camille Pissarro en 1903.


Le Havre
Depuis sa chambre à l’hôtel de l’Amirauté, au Havre, Claude Monet a peint Impression, soleil levant, entre 1872 et 1873. C’est ce tableau qui a donné son nom au courant impressionniste. Il a été présenté pour la première fois en 1874, lors de la première exposition consacrée aux peintres qui refusaient les règles de l’Académie des Beaux-Arts et leur conservatisme. Cette impression matinale représente l’avant-port du Havre. C’est l’un des chefs-d’oeuvre du musée Marmottan Monet, à Paris. On y voit un paysage industriel, les clapotis de l’eau et un lever de soleil par temps brumeux. La ville du Havre a été rasée à 80 % en 1944 par les bombardements alliés. Autant dire qu’elle a complètement changé depuis l’époque où ce tableau a été peint. Elle est toutefois maintenant classée au Patrimoine mondial de l’humanité pour son architecture d’après-guerre. Et, si le musée Marmottan Monet détient le soleil levant, le musée d’Art moderne du Havre - le MuMa - a son soleil couchant. Même si dans ce tableau, ce n’est pas sur Le Havre, mais sur le hameau de Lavacourt, près de Giverny, que le soleil se couche.

À l’entrée du port du Havre, l’anse des Pilotes actuelle est bien différente de celle peinte autrefois par Camille Pissarro. La commande reçue par ce dernier était justement de peindre cet avant-port en mutation, sur une série de toiles. Avec ses installations électriques et ses grues, c’est une vue résolument moderne du port du Havre que nous offre le peintre. Les voiliers et les bateaux à vapeur se disputent les flots, montrant que les impressionnistes tenaient aussi à représenter les éléments de leur époque, et pas seulement une vision idyllique de la campagne

La plage de Sainte-Adresse, au nord du port du Havre, fait aussi l’objet d’une toile. Si ses galets sont toujours présents, la verdure, elle, a laissé place aux constructions. Peint par Monet, le tableau est exposé à Chicago.

Le MuMa a cependant encore plusieurs oeuvres emblématiques de l’impressionnisme, dont une version des Nymphéas, une vue du Parlement de Londres sous effet de brouillard, ou Le Pont Marie et le quai des Célestins peints par Johan Barthold Jongkind (1819-1891), artiste néerlandais considéré comme un précurseur de l’impressionnisme. Le MuMa offre aussi une large sélection de peintures d’Eugène Boudin.

Zoom sur le ciel nuageux, élément caractéristique de la peinture impressionniste. Ici, Les Roches noires à Trouville, de Gustave Courbet


Honfleur et Trouville
Face au Havre, le petit port de Honfleur, situé dans le département du Calvados, a largement contribué au développement de l’impressionnisme, en offrant de nombreux lieux où planter son chevalet.

Ci-dessus à gauche: Plage de Trouville, vers 1900


Ci-dessus à droite: Même plage, peinte par Eugène Boudin en 1893


Ci-contre: Plage de Trouville de nos jours


Le décor est propice aux marines, ces toiles représentant des paysages de bord de mer. Et puis, la ferme Saint-Siméon, une auberge où tout le beau monde se retrouvait pour s’amuser ou se laisser inspirer par la vie au grand air, un pinceau à la main, était aussi un lieu très inspirant. Eugène Boudin ne s’est pas privé de représenter cette auberge, tout comme Adolphe-Félix Cals (1810-1880) ou Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891). Il s’agit aujourd’hui d’un hôtel luxueux entouré de verdure. Pour la baignade, les impressionnistes ont contribué à la renommée de Trouville, voisine de Honfleur. Ses plages, alors parcourues par des bourgeoises en robe et abritées sous d’élégantes ombrelles, ont aussi été saisies sur le vif par les peintres de la seconde moitié du XIXe siècle. La Plage de Trouville, où les messieurs sont assis sur de simples chaises et les femmes debout admirant la mer, illustre aussi bien l’essor du tourisme que le talent d’Eugène Boudin. Cette toile ainsi que Les Baigneurs sur la plage de Trouville se trouvent au musée d’Orsay à Paris. Mais certaines représentations des bords de mer effectuées par l’artiste se trouvent au MuMa, notamment La Dame en blanc.

Étretat et Dieppe
Les impressionnistes se sont aussi beaucoup intéressés à Étretat. Le ciel, les falaises, la mer… Le décor naturel ne pouvait que leur plaire, tout comme il séduit toujours les touristes aujourd’hui. Les peintres se sont employés à rendre compte de la fragilité de l’instant. Monet y a passé tout l’hiver 1868 pour peindre la porte d’Aval par gros temps, ou pour saisir une pie posée sur une palissade dans la campagne enneigée des environs. Gustave Courbet (1819-1877) a, lui, préféré s’intéresser aux vagues et aux falaises.


« Être un peintre mais aussi un homme ; en un mot, faire de l’art vivant, tel est mon but. »


GUSTAVE COURBET (1819-1877)

Port de Dieppe peint par l’un des précurseurs de l’impressionnisme, William Turner, vers 1825


Gustave Caillebotte, lui, s’est tourné vers un jardinier, Le Père Magloire, représenté bras dans le dos marchant sur le chemin de Saint-Clair à Étretat. Toutes ces oeuvres peuvent être admirées au musée d’Orsay. Au nord-ouest d’Étretat, les falaises de Varengeville ont aussi retenu l’attention de Monet qui a produit, au début des années 1880, plusieurs tableaux de ce paysage de prés verdoyants, de roche couleur craie et de mer émeraude.

En poussant jusqu’à Dieppe, on retrouve les vues qui ont séduit les impressionnistes. L’avant-port, comme l’a représenté Albert Lebourg (1849-1928) en 1882, n’a guère changé. Le portail sud de l’église Saint-Jacques non plus, depuis que Walter Sickert (1860-1942), peintre anglais, s’y est arrêté en 1907, à la toute fin du mouvement impressionniste. Son port a aussi été une source d’inspiration avant même l’essor de l’impressionnisme, quand William Turner (1775-1851) l’a représenté en 1825. Bien que très classique, cette vision baigne déjà dans une lumière pâle, comme on la retrouvera plus tard dans certains paysages impressionnistes. Dieppe semble ainsi se trouver aux deux bouts du courant artistique.

Et c’est ainsi que le voyage s’achève… À moins qu’il ne commence dans cette région, berceau de cet art qui a ouvert la voie à la modernité. C’est d’ailleurs tout le propos du festival « Normandie impressionniste » que de jeter un pont entre l’impressionnisme d’hier et les impressions d’aujourd’hui.

NORMANDIE IMPRESSIONNISTE 2020

Le festival « Normandie impressionniste » donne à la fois l’occasion de redécouvrir la Normandie sous un jour nouveau, mais aussi la possibilité de revisiter l’impressionnisme. Du 3 avril au 6 septembre 2020, toute la région se mobilise pour raviver le souvenir de ce mouvement pictural et montrer à quel point il peut encore être renouvelé. Expositions, photographies, spectacles, conférences, musique, jeux de lumière… Tout est tourné vers ce courant à la gloire des impressions éphémères.
Le fil conducteur de cette quatrième édition du festival, qui fête ses 10 ans d’existence, est « la couleur au jour le jour ». En effet, ce sont les variations de teintes et de luminosité qui ont décidé les peintres de la seconde moitié du XIXe siècle à livrer leurs impressions tout en libérant l’art de ses contraintes académiques. C’est aussi la vie de tous les jours qu’ils ont voulu montrer, s’intéressant aussi bien aux travaux des champs qu’aux fêtes urbaines ; aux gens de toutes conditions, des bourgeois se refaisant une santé au bord de la Manche aux prostituées parisiennes ; des activités industrielles à la nature variant au gré des saisons. Parmi les nombreuses expositions proposées lors du festival, Les Nuits électriques présenteront, du 4 avril au 20 septembre au MuMa, quelque 150 tableaux impressionnistes venus de toute l’Europe. Avec Nuits électriques, le musée havrais explore pour la première fois la question de la perception de l’éclairage artificiel dans les villes par les artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Du 3 avril au 7 septembre, le musée des beaux-arts de Rouen entraîne les visiteurs dans l’exposition Par les rues de Rouen, derrière Léon-Jules Lemaître, figure de l’École de Rouen. Parallèlement, le musée rouennais invite à faire connaissance avec François Depeaux, collectionneur boulimique d’oeuvres impressionnistes quand d’autres ne voyaient en elles que des peintures inachevées. Toujours aux mêmes dates, le musée des beaux-arts de Rouen propose également d’explorer l’époque impressionniste à travers les photographies d’Antonin Personnaz (1854- 1936). Ses autochromes aux douces couleurs rejoignent les oeuvres des peintres dans leur inspiration: la nature, l’essor industriel, les gens au travail ou en promenade… À Giverny, le musée des impressionnismes nous transporte en plein air, de Corot à Monet, du 27 mars au 28 juin, puis, du 10 juillet au 1er novembre dans une exposition intitulée L’atelier de la nature. Le musée de Vernon se consacre, lui, du 3 avril au 20 septembre à L’atelier du peintre.
Le musée de Louviers passe en revue la Couleur impressionniste, de l’aube au crépuscule, du 3 avril au 6 septembre. Couleur encore, au musée Eugène-Boudin à Honfleur, mais celles de la mer, à travers les oeuvres de Charles-François et Karl Daubigny en Normandie.
Le musée des beaux-arts de Saint-Lô s’intéresse aussi aux artisans de la couleur, tout comme, sous un jour contemporain, l’Artothèque de Caen avec, du 5 juin au 26 septembre, Sérial Couleurs.
La mode aussi sera à l’honneur, celle des chapeaux et des crinolines qui font le charme de tant de tableaux impressionnistes. Du 3 avril au 7 septembre, le musée industriel de la corderie Vallois, à Notre-Dame-de-Bondeville, au nord de Rouen, présente les silhouettes du Second Empire.

Installation artistique en Chine. Photo exposée à Jumièges, dans le cadre du festival « Normandie impressionniste »


Nocturne (2018) de Malgorzata Paszko, musée Alfred-Canel, à Pont-Audemer.


Autochrome (1907) d’Antonin Personnaz montrant le peintre Armand Guillaumin en plein travail, musée des beaux-arts de Rouen


Peinture figurative, From the sun (2018), de Claire Tabouret, musée des beaux-arts de Rouen


Installation de Félicie d’Estienne d’Orves autour de la lumière, à l’église Saint-Nicolas de Caen


Mais si vous voulez sortir vous aussi en plein air, vous pouvez vous installer tous les soirs, du 13 juin au 20 septembre, devant la cathédrale de Rouen. Sa façade va tour à tour changer d’allure et de couleur, passer de l’ombre à la lumière, se faire falaise ou nénuphar grâce à une vidéoprojection riche en couleurs et en fantaisies artistiques. La cathédrale sera aussi le sujet de l’artiste Yadegar Asisi qui consacre à l’édifice religieux tout une installation, intitulée Cathédrale de Monet, espoir de la modernité. Cette oeuvre, qui s’étalera sur 360° et qui portera sur la vie à Rouen au XIXe siècle, sera à contempler à partir du 16 mai au Panorama XXL, sur les quais de Rouen.
Le Comité régional du tourisme a également prévu plusieurs itinéraires à travers la Normandie à faire à pied, à vélo ou en train, le long de la Seine ou sur les rives de la Manche, pour découvrir les hauts lieux de l’impressionnisme.

Mehr dazu finden Sie auf Écoute-Audio:


www.ecoute.de/ecoute-audio

und in Écoute-Plus:

www.ecoute.de/ ecoute-plus


Fotos: Fondation Claude Monet, “Coin du bassin aux nymphéas”, Claude Monet/akg-images

Fotos: Fondation Claude Monet, «Jardin à Giverny», Claude Monet/akg-images/Erich Lessing, Karte: Rainer Lesniewski/Shutterstock

Fotos: “Nymphéas”/Claude Monet/akg-images, StevanZZ/istock, «La falaise d’Aval à Étretat», Claude Monet/FineArtImages/Leemage

Fotos: Olive/Getty images, «Le port du Havre», Camille Pissaro/The Print Collector/Getty images, «Les roches noires àTrouville», Gustave Courbet/QuintLox/Leemage

Fotos: ND/Roger Viollet via Getty images, «Plage à Trouville», Eugène Boudin/PHAS/Universal Images Group via Getty Images, Jarry/Tripelon/Gamma-Rapho via Getty Images, Nadar/Selva/Leemage, «Le Port de Dieppe», William Turner/akg-images

Fotos: Chen Ronghui, Malgorzata Paszko, Claire Tabouret, Antonin Personnaz, Félicie d’Estienne d’Orves/Normandie impressionniste 2020